samedi 29 janvier 2011

étoile filante


Van Gogh: Nuit étoilée.

Pourrais- tu me prêter les deux ailes d' Icare?
Mon nocturne ballet éloigné du soleil
Saluerait de la nuit le ténébreux réveil,
O célèste Astérie dardant ton oeil hagard.

Fuyant les univers, que s' envole mon âme,
Vers l' Ourse et le Berger, bestiaires lumineux,
Cherchant de mon destin le dilemne épineux,
J' irai tracer ma voie sur d' aériennes lames.

Etoile, ô mon étoile, apprends- moi à voler,
Ce monde est trop ardu , je renonce à l' entendre,
Offre moi tes mots d' or au langage si tendre...
Tel un cheval ailé, vers toi caracoler!

Et si l' aube embuée me réduisait en cendres,
Que l' on dût m' imputer l' erreur de Prométhée,
Que coulât dans mes veines le fleuve Léthé,
Je souffrirais sans fin mais ne veux pas descendre.

samedi 22 janvier 2011

Folle alliée



Podkowinski: la folie

Aliénés, je vous aime!Entre un morceau d' oreille,
Trophée de peintre fou, ou la plaie de Rimbaud
Infligée par Verlaine;Et le dieu de la treille
Aux orphiques enfants fascinés par le beau...

Sorcière échevelée dansant sur les tombeaux,
Idiot béat du bourg dont la raison sommeille,
Vieillard incohérent,ta mémoire en lambeaux,
Autiste à l' oeil hagard que plus rien ne réveille:

J' entends toutes vos voix,vos blessures sont miennes,
C' est votre sang qui perle à ma plume assombrie;
Portant plus de stigmates que le Saint d' Ombrie,

Vouée par les Titans au feu de la Géhenne,
Déchue du piédestal, mon âme est en exil;
Si quelque allié bien né veut lui offrir asile...


mardi 18 janvier 2011

Pierre de lune


Hutter: la mort épie les amants


Ton visage mélancolique
A donné le torticolis
Aux pauvres amants bucoliques,
Couchés parmi les ancolies.

Un frisson court les floralies,
Bientôt viendra l' aube cynique
Pour dévoiler notre folie!
J' entends son rire sardonique.

Non, la lune est notre complice,
Gardienne de notre secret:
Vois la candeur de son front lisse,
La blancheur de son teint de craie!

De noires stries la lune plissent,
Elle penche un oeil indiscret...
De sa douleur les cieux s' emplissent:
Elle ne veut plus être ancrée,

Seule lumière en la mer d' encre,
Pauvre tête décapitée,
Plantée en l' air comme un gros chancre,
D' anciens amants si dépitée.

Un frisson court les floralies:
N' est ce pas la lune cynique?
Son feu roux est une ordalie,
Son rire est cruelle mimique.

Est-ce une amie à l' âme lisse?
Son halo est un rai sucré,
Sur la nuit des temps elle glisse,
Comme une déïté sacrée.

Lorsque furieuse et agitée,
Elle atteignit les corps fragiles,
Elle fondit en voix lactée,
Et remonta d' un vol agile...



mardi 11 janvier 2011

les enfers artificiels



Jules Lefebvre: Marie Madeleine.


J' aurais préféré les paradis mais c' était déjà pris...


Oubli, emporte-moi en tourbillons de vide,
Comme feuille tuée aux rigueurs de l'hiver,
Comme ivrogne noyé de liquides divers,
Oubli,je porterai ton costume livide.

Un animal ailé sort de sa chrysalide,
Papillon dépouillé de l' ancien ver à soie,
Métamorphose fière de sa mort à soi,
J' irai parachever les légendes d' Ovide.

Oublier l'éventail infini du possible,
Ce qui aurait pu être en dépit des remords,
Ce qui aurait pu naître au fond d' horizons morts,
Oublier les matins des demains indicibles.

Plus de cris,plus de larmes,plus de sang bouillant..
Mais que la paix du soir m' absorbe au crépuscule,
Que la nocturne trêve aux pâles tentacules
M'aspire dans ses rêves d' étoiles grouillant.

Inviolable sirène aux abyssaux mystères,
Je regagne ma grotte aux antiques secrets,
Mon chant, ne charme plus de passant indiscret,
Le bonheur est diamant, mais c' est un solitaire.



mardi 4 janvier 2011

rimeur du crépuscule répond à chasseresse d' images en aurore boréale



Photographie prise par Anne Laure K, http://mojefotografije.wordpress.com/

Why did you create your blog ?

C' est lui qui m' a créee,menée vers d' autres sphères,
Au devant des pionniers des chants et des couleurs,
De talents déployés en riantes douleurs,
J' ai découvert des gens qu' aucun mot n'indifère.

2 – What kind of blogs do yo follow ?

Je suis ceux que je suis et dont mon être vibre,
Ceux que j' ai reconnus comme frères de sang,
Du joli bleu pastel au rouge incandescent,
Qui des chaînes du temps se sont proclamés libres.

3 – Favorite makeup brand ?

Mon rouge à lèvre aux mots s' ouvre comme un" channel",
Mon vernis craque aux pieds des vins en baccarat,
les pleurs tissent mes cils d' un triste mascara,
Les pollens à mes yeux sont un floral panel.


6 – Your favorite colour ?

Je suis une peau d' âne à la robe d' étang,
J'aime l' or du soleil et la clarté du jour,
je fais dans les forêts de lumineux séjours,
Laissant leur arc en ciel aux couleurs du printemps.


7 – Your parfume ?

Les fruits de Lempicka dont j' ai croqué la pomme,
Ont caressé ma peau d' un libertin velours,
Mais Dior et son poison en son esprit plus lourd
S'imprime sur ma peau comme une empreinte d' homme.


8 – Your favorite film ?


Il serait le détail de chacun de vos rêves,
Un songe aux mains d' argent.Tous les matins du monde,
Aux sons d' Amadeus,d' une odyssee la sonde,
Brisant la vague irait son éternelle trêve.


9 – What country would you like to visit and why ?

Une île vierge et nue, le sable où l' on s' enlise,
Des cascades dansant avec les bois de pins,
Des villes aux musées où tout le beau s' est peint,
puis un lac transparent ou un clocher d' église.

10 – Make the last question and answer to yourself :

A quoi tu sers pauvre âme, issue d' un grand mystère?
Je veux être parole offerte à vos regards,
Balbutier le secret d' un paradis hagard
Qui veut vous accueillir en seigneurs de ses terres.

lundi 3 janvier 2011

Bonne année -lumière



H.C Berann: harpe cosmique.


J' irai me fondre aux laves des astéroïdes,
Me nourrir goulûment au lait des voies lactées,
Voir faillir les novas par salves rétractées,
Dormir contre Saturne aux formes ovoïdes.

Mon avenir se lie aux étoiles filantes,
Satellite oublié d' astre cyclopéen...
Disparaître au soleil, songe prométhéen,
Scintiller aux marées des vagues déferlantes!

lumière, ma patrie, dissous-moi en ton prisme,
Abreuve-moi du beau jailli de ton pinceau;
Revêts-moi du tissu diapré de tes arceaux,
Offre moi tes lueurs explosant en seïsmes.

Sous l' arche de tes bras, être rayon liquide,
Ardent comme un buisson qui a reçu Yahvé;
Purifiée des terrestres ombres dépravées,
Je serai pur esprit ressourcé à ton fluide.