samedi 29 janvier 2011

étoile filante


Van Gogh: Nuit étoilée.

Pourrais- tu me prêter les deux ailes d' Icare?
Mon nocturne ballet éloigné du soleil
Saluerait de la nuit le ténébreux réveil,
O célèste Astérie dardant ton oeil hagard.

Fuyant les univers, que s' envole mon âme,
Vers l' Ourse et le Berger, bestiaires lumineux,
Cherchant de mon destin le dilemne épineux,
J' irai tracer ma voie sur d' aériennes lames.

Etoile, ô mon étoile, apprends- moi à voler,
Ce monde est trop ardu , je renonce à l' entendre,
Offre moi tes mots d' or au langage si tendre...
Tel un cheval ailé, vers toi caracoler!

Et si l' aube embuée me réduisait en cendres,
Que l' on dût m' imputer l' erreur de Prométhée,
Que coulât dans mes veines le fleuve Léthé,
Je souffrirais sans fin mais ne veux pas descendre.