mardi 18 janvier 2011

Pierre de lune


Hutter: la mort épie les amants


Ton visage mélancolique
A donné le torticolis
Aux pauvres amants bucoliques,
Couchés parmi les ancolies.

Un frisson court les floralies,
Bientôt viendra l' aube cynique
Pour dévoiler notre folie!
J' entends son rire sardonique.

Non, la lune est notre complice,
Gardienne de notre secret:
Vois la candeur de son front lisse,
La blancheur de son teint de craie!

De noires stries la lune plissent,
Elle penche un oeil indiscret...
De sa douleur les cieux s' emplissent:
Elle ne veut plus être ancrée,

Seule lumière en la mer d' encre,
Pauvre tête décapitée,
Plantée en l' air comme un gros chancre,
D' anciens amants si dépitée.

Un frisson court les floralies:
N' est ce pas la lune cynique?
Son feu roux est une ordalie,
Son rire est cruelle mimique.

Est-ce une amie à l' âme lisse?
Son halo est un rai sucré,
Sur la nuit des temps elle glisse,
Comme une déïté sacrée.

Lorsque furieuse et agitée,
Elle atteignit les corps fragiles,
Elle fondit en voix lactée,
Et remonta d' un vol agile...



11 commentaires:

  1. mot d'écrit : lune : promesse électorale.

    RépondreSupprimer
  2. A quoi faites- vous allusion? aux éclipses ou à l' expression " baiser Fanny"? :-)

    RépondreSupprimer
  3. Splendide poème surréaliste aux odeurs lorquiennes.
    Invitation au voyage sur la musique de Mecano qui avait tant de fois fait chanter mes espoirs les plus fous.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour Lorca,ma Zeta, la poésie espagnole me fait frissonner, je n' ai jamais oublié machado et sa muerte del nino herido,j' aime son sens du symbole et de engagement, j' aime tes univers et ta terre d' adoption te va comme une robe de flamenco.Je pense sincèrement que ce que tu es devenue surpasse de très loin les échafaudages de Mecano!

    RépondreSupprimer
  5. Belle poésie avec ses élévation finales, cette aspiration à l' aérien, cette parousie " fondre en voie lactée " comme une non contrainte toute spirituelle à la sérénité.
    Il vous faut lire le poète Pierre Jean Jouve si ce n' est déjà fait!
    Kyrie et Sueur de Sang. Je pense que c' est un poète " qui vous va bien ".
    D' ailleurs, c' est déjà le printemps de l' âme et du jardin chez vous !
    (Je ne parle même pas de la musique, à l' unisson ).

    RépondreSupprimer
  6. Ce que l' on en dit est parfois plus beau que ce dont on parle...Quand je le dis que je ferai éditer les commentaires de mes amis bloggers, un jour!Bien senti comme toujours,Jouve est le plus espagnol de nos poètes dans son sens du symbole psychanalytique et son engagement contre la guerre.J' avais un peu son mythe d' Hécate en tête, vous m' avez démasquée!En effet , c' est le printemps, les commentaires ne sont ils pas des compositions florales sur les billets?

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. Mélancolie , mets l'ancolie dans un drap de nuit parsemer d'étoiles , saupoudre de filament pour exorciser la lune , envole toi vers Pampelune et laisse toi bercer par des lettres énamourées ...

    Votre écriture est un puits où l'on peut se laisser porter en prétexte littéraire ...:)

    Douce journée ...

    RépondreSupprimer
  9. Quelle jolie recette, je l' ai appliquée mais l'ancolie a filé! mes lents colis vous diront: merci!

    RépondreSupprimer
  10. Isabelle,

    The moon, which seems to conspire along with the lovers, betrays her role, turns cowardly or sour, and abandons them. She's become a voyeur, only, and that role cheapens her previously-thought godliness.

    Perhaps she has reached a point of climax at the lovers' expense.

    The moon can't hide a secret, can she? She reveals that it is a secret.

    Wonderful images and sounds!

    Trulyfool

    RépondreSupprimer
  11. Truly,

    Is it possible? you feel what i mean as if you had wrote it,although you don' t belong to this country, i ' m really impressed by your faculty to understand!
    The moon is jealous, that' s why she reveals lovers!
    Thanks for your visit,

    Isabelle.

    RépondreSupprimer

A vous, j' aime votre éclat de rire, vos émotions, vos critiques, pourvu que je vous entende: