dimanche 24 avril 2011

L' allumette que l' on gratte

Egantik,en pure amitié, tu me manques, reviens sur ton blog.


Huygens: les trois parques.

Tremolos, vibratos, crescendos, harmonies,
Couacs et cacophonies, faux - bourdons, contre pointes,
Mensonges musicaux, mélodieuses feintes,
La vie n' est qu' une dissonnante symphonie.

Trop de distance du palais à l' humble yourte,
Des dogmes si sacrés qu' enfin on les renie,
Des peines encrassées qui mènent au déni,
La même conclusion que la vie est trop courte.

Ne crois jamais les bibles que l' on remanie,
Tu veux mon grand secret:tout est incertitude,
Cesse donc de t' enfuir face à la solitude,
Pour capturer le ciel, pas de cleptomanie.