mercredi 6 juillet 2011

El branqueado plato

A Kathy l' exploratrice passionnée d' algues.




Les eaux gris argenté en un sanglot se fendent;
Des larmes de cristal s' écoulent des glaciers,
Sous la saillie féroce de la proue d' acier
Du nouveau Titanic défiant le Groenland.

Ce drakkar assoiffé de tapisser sa soute
Non des butins sonnants qui dans l' ombre se vendent,
Mais des siences de l' algue unique au Groenland
Est le nouveau viking conquérant les Bouloutes.

Là des aventuriers dont tous les rêves tendent
Vers cette immensité d' un blanc hyperbolique,
D' Ittoqqortoormitt jusqu' à Amassalik,
Traversent les toundras pelées du Groenland.

Leurs yeux sont fascinés par ce Colorado,
Calciné par le gel et recouvert de lande,
L' immaculée taïga, robe du Groenland,
Terre plus inouïe que les Eldorados.

A en perdre la tête, à n' être plus latin,
C' est l' hymne scandinave que leur langue scande,
La féerie celtique règne au Groenland,
Jamais chassée par l' étoile élue du matin.

Les trolls peuvent sauter leur folle sarabande,
L' infini boréal est une longue nuit,
Son reflet est l' iris du regard des inuits,
Fouillant entre deux mers l' horizon du Groenland.

Les voilà épuisés , ils n' ont plus fière allure,
Pauvres aventuriers qui à la fin se rendent,
Terrassés par les vents mordants du Groenland,
Dont les lèvres gercées rient de leurs engelures.

Ils emportent chez eux les contes d' Andersen:
Une reine des neiges aux huskys commande,
Elle sait la magie blanche du Groenland
Et vous enseignera une vie noble et saine.