vendredi 31 décembre 2010

L' anarchiste bohême



Gustave Moreau.

Parce que je n' aime pas renier une belle histoire passionnée même si elle a pris fin, je souhaite une bonne année à celui qui m' a inspirée ce poème.Restons amis.


Il fait du quotidien une amarre qu' on largue,
Le" cursus honorum" le laisse indifférent,
Ses ailes de rêveur au songe itinérant
Le mènent aux flamants des marais de Camargue.

Quand palpite le ciel vibrant des tramontanes,
Que le soleil languit de rouge maladie,
Il pense la splendeur des mondes de jadis
Qui git dans le regard des chanteuses gitanes.

Mage aux mains pleines d' or, et de myrrhe et d' encens,
Il tisse ses tableaux d' idées mystérieuses,
Sonore est son sourire en sa bouche sérieuse,
Les accents de sa voix ont des rythmes dansants.

Vagabond des sommets jusqu' aux caveaux voûtés,
Il est l'explorateur de tous mes univers,
Habitant clandestin de chacun de mes vers,
Son verbe à l' infini me retient envoûtée.