mardi 11 janvier 2011

les enfers artificiels



Jules Lefebvre: Marie Madeleine.


J' aurais préféré les paradis mais c' était déjà pris...


Oubli, emporte-moi en tourbillons de vide,
Comme feuille tuée aux rigueurs de l'hiver,
Comme ivrogne noyé de liquides divers,
Oubli,je porterai ton costume livide.

Un animal ailé sort de sa chrysalide,
Papillon dépouillé de l' ancien ver à soie,
Métamorphose fière de sa mort à soi,
J' irai parachever les légendes d' Ovide.

Oublier l'éventail infini du possible,
Ce qui aurait pu être en dépit des remords,
Ce qui aurait pu naître au fond d' horizons morts,
Oublier les matins des demains indicibles.

Plus de cris,plus de larmes,plus de sang bouillant..
Mais que la paix du soir m' absorbe au crépuscule,
Que la nocturne trêve aux pâles tentacules
M'aspire dans ses rêves d' étoiles grouillant.

Inviolable sirène aux abyssaux mystères,
Je regagne ma grotte aux antiques secrets,
Mon chant, ne charme plus de passant indiscret,
Le bonheur est diamant, mais c' est un solitaire.



16 commentaires:

  1. Erreur !
    "Mon chant, ne charme plus de passant indiscret"

    ...moi,dis-je en passant, cet artificiel enfer me charme.

    RépondreSupprimer
  2. Pas d'illustration aujourd'hui ?
    Savoir se faire oublier ne dure qu'un moment, comme celui du temps des cerises !
    "Oublier l'éventail infini des possibles", cela ne vous ressemble pas et le bonheur peut être de toutes les couleurs, pour moi les pierres sont toutes précieuses.
    Votre charme opère, tout comme votre chant, n'ayez crainte !
    Je repars un peu dans mon nid, mais je reviendrai !

    RépondreSupprimer
  3. C' est réparé!Je n' avais pas vu le temps passer et je fus ( encore )en retard pour un cours particulier..vous me rappelez une jolie chanson triste du siècle des Lumières, plaisir d' amour..
    Le petit oiseau de toutes les couleurs a le droit de se reposer, l' essentiel est qu' il revienne disséminer sa gaieté!

    RépondreSupprimer
  4. Un texte à l'Appollinaire .... avec des odeurs de Baudelaire ...

    Je l'ai lu plusieurs fois , en silence et à haute voix , laissant traîner la musique des mots en oubliant Kate Bush ... Je pouvais imaginer , respirer l'âpreté ,la colère , le désespoir ...
    Un texte scénique où l'on attend une réplique ...
    Un texte simplement de toute beauté ... Merci ... :)

    Douce soirée ...

    RépondreSupprimer
  5. Nos esprits se rencontrent !
    J'ai préparé deux petits billets pour un de mes blogs récréations et devinez-quoi !!!!!
    Jules Lefebre avec 5 de ses tableaux !!!!!
    Sur le coup, j'ai cru être chez moi, et pourtant ne n'avais pas encore publié !!!!
    Belle soirée gente dâme !!!!

    RépondreSupprimer
  6. Chère Marie, vous me faites un beau compliment en me disant que l' on peut délaisser Kate bush pour ce texte.Quant aux poètes cités, j' ai appris à parler , à souffrir, à vibrer avec eux,je suis très touchée!

    RépondreSupprimer
  7. Virginie, en fait vous êtes chez vous chez moi car j' habite au coin de la rue où ce peintre est né(..!..)Donc si vous avez un jour envie d' un pélerinage..Et si en plus ( et même sans ça) vous avez quelque chose à voir avec le peintre Gabriel Rossetti,on saura que le hasard est une invention humaine!

    RépondreSupprimer
  8. c'est une sirène ailée issue d'un chrysalide qui charmera, le printemps venu, l'inconnu des ses ses paroles sifflantes pour mieux le dévorer dans son antre. Ha ha ha!

    RépondreSupprimer
  9. Je connais bien un nain connu mais il est imbouffable! Sors de mon antre!Je ne mange pas de ça , je ne suis pas Sarko phage:-)

    RépondreSupprimer
  10. alors elle a écrit : "Le petit oiseau de toutes les couleurs a le droit de se reposer, l' essentiel est qu'il revienne disséminer sa gaieté!

    Le voici l'oiseau, le voici, il est là :

    http://static.skynetblogs.be/media/163646/oiseau.jpg

    RépondreSupprimer
  11. Il est très joli ce petit passereau, on l' entendrait presque chanter,mais il est monochrome!

    RépondreSupprimer
  12. Toujours une musique qui nous accorde au diapason!
    Le bonheur est-il par nature ressenti en solitaire ?
    On peut vous croire car il y perd alors sa force de rayure diamantaire !

    RépondreSupprimer
  13. Je repense à votre billet sur le besoin de l' exil en solo pour se ressourcer!Eh bien, voilà,je vous confirme la nécessité du retour aux sources!

    RépondreSupprimer
  14. Merci beaucoup pour votre commentaire sur mon blog !
    Je pars découvrir le votre.
    Et pour répondre à votre question, bof je ne suis pas tellement protégée je trouve ;-)

    RépondreSupprimer
  15. Vous avez raison, j' aurais^dû dire " en voie de disparition" mais ce serait dommage, en tout cas c' est un bel aricle humaniste qui m' a vraiment plu!

    RépondreSupprimer

A vous, j' aime votre éclat de rire, vos émotions, vos critiques, pourvu que je vous entende: