mercredi 14 septembre 2011

Dualité




 Fussli: Thor terrassant le serpent


Une nuit où la lune offrait ses formes rondes
Aux esprits tourmentés de soifs inassouvies,
J' entrevis le dessin de ces vagues envies
Blessant le coeur inquiet de leurs magmas qui grondent.

Faudrait-il redorer le choeur des cathédrales,
Payer le prix du sang des chairs déchiquetées,
Rapatrier chez soi les parias rejetés,
Apaiser de sa main l' agonisant qui râle?

Etre une élite ailée auréolée des lueurs
Des aubes embaumées d' un parfum de pardon,
Voir la fleur sommeillant au milieu des chardons
Entrevoir le rayon sous le nuage en sueur.

Mon maladif miroir recouvert de pustules,
Cesse donc de blamer mes lâches échappées,
De dégoûts impuissants je suis la rescapée,
A qui est- ce la faute si je capitule?

Il me faudrait la force des anciens héros
Pour extirper l' ivoire enlisée dans la crasse,
Pour chasser de l' angoisse une emprise rapace
Il faudrait les armées d' antiques généraux.

Alors doit-on aimer le péché qui fascine,
Lasser de faux bonheurs son âme lacérée,
Epuiser sa carcasse aux os dégénérés
Dans les mortels poisons du mal à la racine?

J' abandonne la boue des bouges infamants,
La fuite est une offense au bien que l' on gaspille,
Mon arme de combat désormais je la pille
Au sourire si franc des yeux de mon amant.

24 commentaires:

  1. Magnifique !
    Envoutée par le chant et les belles images de la video...

    RépondreSupprimer
  2. Orfeenix la Belle est de retour !
    Je me ravi de ces vers héroïques racontant tes atours en gaine de ton amant et me berce de ton coeur en écoutant la chanson de Maria...:)

    Besos Isabelle, on se retrouve par nos miroirs secrets...♥

    RépondreSupprimer
  3. Aurélie, j' ai une passion pour les pré raphaélites et j'étais sûre de la partager avec toi, j' ai repéré entre autres quelques Burne Jones à la hauteur de la finesse de ta pensée!

    RépondreSupprimer
  4. Hello pirate, septembre est le mois des grands retours et des grandes questions! Mais pas de la dernière île, il y en a trop à découvrir!Je t' embrasse aussi Jack, tu peux compter sur mon affection de l' autre côté du miroir!

    RépondreSupprimer
  5. Orfeenix: Que ne suis-je Ulysse ou Hercule pour t'aider à extirper l'ivoire enlisée dans la crasse! Mon dieu que ne ferait-on pour l'âme généreuse pour l'aider à remporter la victoire sur les ténèbres!
    J'aime ces beaux anges se délecter dans l'amour, la beauté! Quel est ce génie qui a sculpté ses nymphes et divinités?

    RépondreSupprimer
  6. bizak, tu es bien mieux que tout cela: un ami véritable!
    Je ne les ai pas encore tous repérés, j' ai vu entre autres Boticelli, Bouguereau, Burne Jones, Boucher, Fragonard,Waterhouse, Courbet et pour le reste je ne suis pas sûre alors je vérifierai!

    RépondreSupprimer
  7. Dualité et ambivalence, tout cela superbement mis en scène dans une perspective de maturité artistique et humaine. As-tu finalement accepté ton double?

    RépondreSupprimer
  8. Ma Zeta, non seulement je l' ai accepté mais je l' adore et je ne peux plus m'en passer! On parle bien de la même personne:)

    RépondreSupprimer
  9. Hello Gonzague, bienvenue à ton nouveau blog et comme je vois le genre je vais me permettre d' être impertinente: pour aimer ça, il faut être sur facebook ( et j' y suis) et pour raconter une histoire aussi pathétique il faut être sur VDM et j' y suis aussi :-)

    RépondreSupprimer
  10. Duel... je vais sabrer un champagne un de ces jours avec toi, étêter certains mots, notamment le "péché" de notre judéo-christianisme dans une fête païenne, et célébrer l'origine du monde, je te renvoie à Gustave Courbet. Serais-tu la soeur du vénéneux mais adoré Baudelaire ?

    RépondreSupprimer
  11. Frédérique, oh oui, nous le ferons ce banquet platonicien, car tu es une soeur, mais si j' avais connu baudelaire, il eût mieux valu que je ne fusse pas la sienne au nom de la bonne morale judéo-chrétienne!

    RépondreSupprimer
  12. Bonsoir Isabelle,

    Quel beau poème...Il est comme une belle sonate pianistique alliant la dualité des blanches et des noires...Mélopée fantastique dont toi seule à le secret...La dualité sans manichéisme...La Grâce et l'élégance...Poétesse ta beauté ferait fondre bien des banquises...Aimes-toi...vraiment...contre vents et marées...car de ton Amour tu sémeras autour de toi...L'Amour véritable...Et ceux qui en aurait besoin viendront boire à ta source...

    Merci de ton breuvage...Belle Ame...

    poétiquement

    Maxence...

    RépondreSupprimer
  13. Maxence, est ce que tu t'aimes toi? Si c' est le cas j' aimerais bien savoir comment tu fais , car je ressens chacun de tes poèmes comme gémellaires et pourtant, dans la dualité , la mauvaise souffrance semble absente, comment fais tu?

    RépondreSupprimer
  14. Tu semble en forme Isabelle avec ce joli poème...j'ai adoré le diaporama belle idée ! bon week à toi.

    RépondreSupprimer
  15. Isabelle

    Oui je m'aime...Plus que jamais et bien moins que demain...L'Amour propre est le préambule obligé de l'amour de l'autre...De l'empathie...Comment puis-je aimé les autres si je ne m'aime pas moi-même ? Malgré les coups que nous prenons, les déserts que nous traversons...Chacun d'entre nous est Miracle de la Vie...quelle que soit la durée de notre passage ici-bas...Quelle que soit notre fulugurance...Nous sommes étincelle de Vie...

    Poétiquement

    Maxence

    RépondreSupprimer
  16. @Renica merci de tes passages lumineux et encourageants, je reste sur ma faim et prendrai vite le temps de faire un signe plus concret!

    @Maxence, préserve bien ton étincelle de vie, elle m' est précieuse à moi aussi!
    Entre Eros et Thanatos, l' équilibre n' est pas évident pour les balanciers un peu instables, heureuse que tu sois bien balancé!

    RépondreSupprimer
  17. Bien sûr que nous parlons du même double: Mrs Orfeenix, et Dr Isabelle.
    La coexistence est clairement en voie de pacification même si ce corps lâche parfois des étincelles.

    RépondreSupprimer
  18. Orfee, c'est sublime... Le bonheur te réussit !

    RépondreSupprimer
  19. Isabelle

    Changer ses larmes en perles de joie...Facile à dire et pas facile à faire...Tenir l'équilibre...Malgré les vents contraires...

    Rester vivant et se réinventer...

    Poétiquement...

    Maxence...

    RépondreSupprimer
  20. Ma Zeta, j' espère inverser le syndrome de Dorian Gray!

    Julien, il réussit à tout le monde,n' est ce pas?

    Maxence, c' est une magie où tu es passé maître!

    RépondreSupprimer

A vous, j' aime votre éclat de rire, vos émotions, vos critiques, pourvu que je vous entende: