mardi 30 août 2011

L' art se nique


Grimshaw: London bridge night


Toi qui viens t' immiscer dans l' onde des toisons,
Létal baiser qui brise l' océan étale,
Oseras tu troubler ma rêverie foetale
Humectant mon hymen de ton mortel poison?

Nul tabou n' aboutit au seuil de tout on-dit,
Et la maladie même dont on dit du mal
Ne glace pas les sangs de son fluide hiémal
Car l' énergie de vivre en nos veines bondit.

Tu m' as inoculé le culte des mâtures
Avides des ailleurs aux lointaines saveurs;
Ce virus d' étranger d' ores a mes faveurs
Pour grandir l' horizon de mon âme immature.

Amibe du voyage , contamine moi,
Aux îles ignorées emmène moi bacille,
Ne laisse pas à terre cette ombre imbécile
Insipide,insensée, sans pensée , sans émois.


28 commentaires:

  1. c'est tout en émotion, et les yeux grands écarquillés d’admiration que je lis ce poème...et qu'il me fait voyager

    Vraiment, ce que tu écris bien, il faut que je mette de côté mes complexes.. pour venir sans retenue ici..mais avec sourire et amitié

    bisous Orfenix, si heureuse d être là, avec toi
    bisous de Nanou

    RépondreSupprimer
  2. merci ma chère Nanou, car tes complexes me semblent si ridicules que j' arriverai peut être à rire des miens! heureuse que tu sois là!

    RépondreSupprimer
  3. Tes vers ne me saoulent pas mais m'enivrent à foison de tes intimités...Je lis entre tes lignes tes chemins d'espérances en espérant te croiser avant que tu t'envoles au delà des mers :)))

    Besos Isabelle des mers du nord ♥

    RépondreSupprimer
  4. Ah, enfin te voilà ! j'irai lire plus tard, profondément et me contaminer avec bonheur.

    RépondreSupprimer
  5. Poème d'une force émotionnelle intense! On lit une rage de disposer de soi.Je sens aussi un appel à la vie et la liberté par cette énergie qui se dégage du fin fond de l'humain!
    Isabelle, tel un éclair, ton rayon nous sublime!

    RépondreSupprimer
  6. Jack, mais c' est là où tu croises, au delà des mers, et j' espère bien t' y croiser!

    RépondreSupprimer
  7. Frédérique, le virus de l' ailleurs tu l' as eu bien avant moi mais toi tu possèdes un bon remède: les lambeaux de paysage emportés que tu transformes en oeuvres d' art.

    RépondreSupprimer
  8. Bizak, en effet le besoin de liberté prend aux tripes, surtout après un beau voyage, je crois que tu habites en bord de mer et tu as de la chance,dans les terres, l' horizon est si limité!

    RépondreSupprimer
  9. Quelle jolie maladie que l'amibe des voyages ! Contaminée, je le suis depuis toujours et j'aime donner mon virus.

    RépondreSupprimer
  10. Aurélie c' est un honneur et un bonheur de vous accueillir ici, voyager de blogs en blogs est aussi un doux mal et faire escale sur le vôtre un excellent remède!

    RépondreSupprimer
  11. Isabelle bonsoir,


    De retour de voyage flanqué de chaleur et de soleil, et de joie, je lis ton poème...Tu as l'art de cristalliser dans tes vers l'émotion sincère...

    Mais de quel voyage parles-tu ? quand l'Art se nique ?

    ta poésie est un plutôt un elixir de vie !

    Heureux de te retrouver et de te relire...

    Poétiquement,

    A bientôt

    Maxence

    RépondreSupprimer
  12. Maxence,

    J' ai hâte de sentir dans tes textes comment tu vas sublimer la douleur du retour!
    Merci pour cette question, j' ai fait au Danemark des rencontres amoreuses avec la peinture et l' architecture notamment, mais l' art reste loin derrière la beauté palpable des sites magiques aux atmosphères impossibles à restituer, l' art est parfois impuissant, je me sens incapable de restituer la vérité de ce que j' ai vécu et pourtant c' est une souffrance de garder en moi toutes ces sensations qui se bousculent.Je suis heureuse que tu sois là car je sais que tu comprends.

    RépondreSupprimer
  13. Beau voyage physiologique. Toute une initiation.

    RépondreSupprimer
  14. Heureusement que j' ai quelques serums vivants pour garder l' esprit du voyage!

    RépondreSupprimer
  15. J'ai voyagé avec toi, ce fut un plaisir.
    Bon week-end.

    RépondreSupprimer
  16. Christophe, j' en ai partagé aussi avec tes peintures, des invitations au voyage!

    RépondreSupprimer
  17. Toutaubord, je suis toujours là pour toi, heureuse de t' accueillir ici aussi, et sans condition cette fois!

    RépondreSupprimer
  18. Voici, en association, pour toi : http://www.youtube.com/watch?v=EE08S2m8dxU

    RépondreSupprimer
  19. Merci Frédérique, je ne connaissais pas cette chanson si dense, je la mets illico en illustration.

    RépondreSupprimer
  20. Je ne me suis pas donné la peine de lire tous les commentaires. Art ce nique et vieilles dentelles... Salut à toi, Orfeenix. J'espère que tout va bien pour toi. Pour moi, everythings'ok. J'adore toujours ton blog. je m'attendais à Madame rève... tchouuuussss !!! ;o))))

    RépondreSupprimer
  21. Hééééééé! Salut toi quel bonheur! Il ne manque plus que courrier noir et ce sera comme au bon vieux temps, oui moi aussi la vie me gâte mais mon mental est toujours un peu délabré par contre... bienvenue, tu as bien fait d' oser oser, Proserpine!

    RépondreSupprimer
  22. Comme tout ce qui compte dans la vie, un beau voyage est une oeuvre d'art.
    [André Suarès]
    Extrait de Le voyage de Condottière

    et pour nous qui passons ici :" Lire c'est voyager, voyager c'est lire" {Victor Hugo}

    RépondreSupprimer
  23. Mitch, quelle citation! En plus ce livre là ne se referme pas et se récrit sans cesse. Merci de ta visite.

    RépondreSupprimer
  24. Mourir d'Amour... C'est tentant...
    Quelle puissance sous ta plume...

    RépondreSupprimer
  25. Julien, ne cédons pas à la tentation, vivre d amour c ' est encore mieux!

    RépondreSupprimer
  26. la contamination est une effervescence...

    "ébullition... réaction..."

    RépondreSupprimer
  27. Ce commentaire sybillin convient à mon texte hermétique, d' ailleurs je me suis abonnée à ton blog dont l' esthétique me parle.

    RépondreSupprimer

A vous, j' aime votre éclat de rire, vos émotions, vos critiques, pourvu que je vous entende: