mardi 9 août 2011

quatrociento


Fuchs: Adam et Eve




Une montée de sève
Venue des âges d'or
Guérit le mauvais sort
Quand le soleil se lève.

Au sortir de la nuit
Dieu que le ciel est beau,
L'ombre fuit en lambeaux
Au sortir de l' ennui.

Orante de l' aurore,
Mains jointes je supplie
Que la joie qui m' emplit
Tout le jour dure encore.

J' attendais qu' on m' emporte
Aux lointaines lueurs,
A l' abri des tueurs
Qui m' ont laissée pour morte.

Ce matin est oracle
D'universel pardon,
Un putréfiant cordon
S' est rompu par miracle.

C' est un repas servi,
Dont l' abondant festin
Fortifie nos destins
Pour savourer la vie.





30 commentaires:

  1. Beau poème Isabelle,accompagné de cette merveilleuse chanson de Nina Simone, feeling good, beau sentiment,comme ressenti dans tes beaux vers:
    Au sortir de la nuit
    Dieu que le ciel est beau,
    L'ombre fuit en lambeaux
    Au sortir de l' ennui.

    RépondreSupprimer
  2. "Un matin érectile
    qui t'enlace et t'enfile
    tu engloutis le rut
    comme une mort de faim..."

    Ton petit-déjeuner avec plein de biscottes et confitures, beurre et figues contre les petits creux de tes reins...Bon voyage au lointain, je te mets de côté câlins et baisers de Capitaine, à bientôt belle Isabelle de mes rêves ♥

    RépondreSupprimer
  3. Bizak, je suis très heureuse de notre amitié et de la création de ton blog, merci pour ta présence ici qui est porteuse de paix!

    RépondreSupprimer
  4. Jack tu lis dans mes matins avec une acuité! Quelque sorcière ravissante a dû te prêter sa boule de cristal!Je parlerai de toi à toutes les sirènes et les beautés blondes pour que ta réputation méritée s' étende aux confins du monde! stort kys min kaptajn!

    RépondreSupprimer
  5. et voilà, comme promis, doucement mais sûrement, me voilà, guidée par notre cher pirate, sur ce passionnant blog...
    beaucoup de complicité règne ici, ça se sent de suite, alos je vais oser découvrir, car j'ai toujours un peu de mal à pousser les portes
    merci à Jack et bonjour Orfeenix, c'est moi Annie, dite Nanou depuis toujours...

    RépondreSupprimer
  6. Nanou c' est toi! je suis vraiment heureuse que tu aies poussé cette porte pour te dérouler un tapis rouge! je te connais, je t' ai déjà vue sur d' autres blogs et je te trouvais déjà rayonnante, et tout pareil que toi, je n' osais pas m' immiscer! Bienvenue, plus on est de complices, mieux c' est!

    RépondreSupprimer
  7. Ne pas délacer ces rimes embrassées, chut...

    RépondreSupprimer
  8. Frédérique je ne saurais me lasser de tes brassées de paroles fleuries,alors non! Pas chut!

    RépondreSupprimer
  9. A toi dont le prénom sonne comme un lever de Soleil...

    Que ce qui t'inspire les vers de ce poème, soit béni...Orante des Aurores (que nous sommes tous à notre façon)...Quelle belle périphrase pour te nommer I.

    Poétiquement.

    M.

    RépondreSupprimer
  10. heureuse de ton accueil.. ah bon tu me connaissais ! faut dire que nous avons de chouettes blogs en commun... alors nous allons nous connaitre mieux.. super et en attendant belles vacances

    RépondreSupprimer
  11. Orfeenix j'aime quand vous allez vers cette simplicité, je reviendrais car là je suis dans un cyber café de vacances et voyez je pense à vous, je vous embrasse

    RépondreSupprimer
  12. yaaannnn! I m so pleased, what an happiness! you came back, i missed you so much, youpi! gros poutous!
    I was in Danemark andit' s like haeven! i hope you will tell me the tales of your sailor' s travelling! kisses, giant kisses!

    RépondreSupprimer
  13. Maxence, quel joli com! Oui nous sommes bénis des dieux d' avoir l' occasion de savourer des rencontres inattendues avec la beauté et la grandeur, notre amitié en est une gemme!

    RépondreSupprimer
  14. Nanou, ta gentillesse et ton courage sont un passeport qui ouvre toutes les portes de notre amitié naissante, je t' embrasse!

    RépondreSupprimer
  15. Yan, i was with a viking on the wild dreams' wings! And you? Where were you?

    RépondreSupprimer
  16. Brigitte, oui je suis en marche vers la simplicité, vous l' avez bien vu, j' espère qu' à votre retour vous me raconterez vos vacances, que j' imagine très riches.Vos textes me manquent!

    RépondreSupprimer
  17. Voila un doux poême plein d'espoir(s) Isabelle pour savourer la vie...

    RépondreSupprimer
  18. Ma chère Rénica, si ce n' est ton physique de princesse orientale, je retrouve en toi la même franchise et la même vraie liberté que chez les Danoises, la vie est savoureuse en effet quand elle réserve de jolies rencontres, à bientôt belle amie!

    RépondreSupprimer
  19. Apres quelques semaines de vacances, je replonge avec autant de plaisir dans ton univers.Tu sais toujours remarquablement associer le son et l'image à tes mots.

    RépondreSupprimer
  20. Quelques semaines de vacances, heureux homme! C' est la même chose pour moi et le seul plaisir de la rentrée c' est de retrouver toutes les formes d' amitié, même virtuelles!

    RépondreSupprimer
  21. Orfeenix je revenais,j'espère que nous ferons très vite connaissance, pour l'écriture votre pensée me touche et pour les vacances- travail en radio, oui ce fût riche:)

    RépondreSupprimer
  22. Les pommes danoises sont elles bonnes?

    RépondreSupprimer
  23. Brigitte, ouiiiiiii! Moi aussi!Vivement que nous partagions tout cela de vive voix, je vous embrasse.

    RépondreSupprimer
  24. Ma Zeta! Ayant croqué la pomme bien avant de partir, j' ai fait des découvertes gastronomiques d' un autre ordre :-)

    RépondreSupprimer
  25. Coucou chère Orfeenix...
    un peu de mal à revenir car ma petite marmaille m'a pris tant de temps cet été...
    les voilà tous avoir repris le chemin de l'école et moi hier , la fleur au fusil, le chemin de l'hôpital , pour encore des soins yen fois par semaine ...

    mais ça y est j'ai l'habitude, pas grave !

    voilà j'en profite pour relire en arrière ton blog et te faire un énooooorme bisou à vite

    RépondreSupprimer
  26. Courage Nanou, mon coeur t' accompagne! énorme gros bisou!

    RépondreSupprimer
  27. Tes hexasyllabes sont exaltants... YES !

    RépondreSupprimer
  28. Merci, ils auraient pu être exaspérants!

    RépondreSupprimer

A vous, j' aime votre éclat de rire, vos émotions, vos critiques, pourvu que je vous entende: