mercredi 3 août 2011

demain


La danse macabre sert à montrer l' absurdité cynique de notre mort et notre égalité devant elle.





Aux babines la bave et sous la peau la rage,
Traînant le chapelet des heures égrenées,
Bouillant de bile noire en mon coeur gangrené
J' étais un opiomane à bout de son sevrage.

Tes yeux m' ont poursuivie comme l' oeil du caveau,
Jusqu' aux jours de labeur pour épuiser la chair,
Jusqu' aux nuitées, cuitée,Je l'ai payé bien cher
L' oubli de ces yeux là, ces yeux fleurs de pavot.

Les rires sans ta voix rendaient un son odieux,
L' alcool avait un goût de matière fécale,
La danse simulacre se traînait , bancale,
Telle macabre fresque de la Chaise -Dieu.

Pour qu' à nouveau mon sang afflue d' un tournemain,
Que la sève reparte en mon jaune décor,
Pour que soient réunies l' ombre et le pâle corps,
Je n' ai plus qu' à survivre en attendant demain.


26 commentaires:

  1. Orfeenix force de votre expression! Dire que j'aime n'aurait pas ce grand sens que donne votre poésie à cette danse macabre

    RépondreSupprimer
  2. Wow ! Le testament morbide de tes envies, les restes de vomi de tes festins...
    J'aime à croire que ce n'est qu'au-revoir, que tu reverras ton amour en marchand de ta gloire ! :)

    Besos ma belle Isabelle, tu sais que mon sabre combattra toujours à ta main, que personne ne s'avise de maltraiter ton sein ! Love baby ♥

    RépondreSupprimer
  3. Brigitte, au contraire, cela a beaucoup de sens pour moi, vous le savez bien, votre sentiment est très important!

    RépondreSupprimer
  4. Love mon amour de pirate! Tout va bien, il revient demain, il était temps!
    Je suis heureuse de pouvoir compter sur ton précieux sabre,même sur mer calme, te connaître est une bénédiction.

    RépondreSupprimer
  5. Ton texte est publié, il plait et a du succès ! Va donc lire aussi quelques éloges sur ma page FB ^^ Besos bel écrivain et merci smoutches ♥

    RépondreSupprimer
  6. En attendant demain, tu dois vivre et non survivre! Ton âme est forte, ton coeur bouillonnant, ton esprit reste éveillé car , comme l'a dit un jour,le charmant acteur[ Sean Penn ] tu as survécu à pas mal de colères. tu les as remplacées par de l'amour. La vie n'est qu'une longue guérison.Mille bisous égyptiens éveillés de ce jour du procés des tyrans.

    RépondreSupprimer
  7. Ah mais ça me touche! Tu ne me donnes que des satisfactions, je me repose sur ton épaule, beau capitaine!

    RépondreSupprimer
  8. Bizak, j' ai parfois l' impression que l on se connaît depuis longtemps, " longue guérison" ça me va comme un gant! Tu me mets les larmes aux yeux là!

    RépondreSupprimer
  9. La vie ne s'encombrant d'aucun épithalame
    C'est à nous qu'il revient d'y mettre de notre âme...

    Un beau poème Isabelle !

    Demain c'est le rêve et l'avenir, le non survenu, le champ des possibles...Demain est une promesse,la nouveauté, la renaissance, la joie...

    Jusqu'au dernier de nos souffles...renaître...revivre...recommencer...rebâtir !

    Poétiquement

    M.

    RépondreSupprimer
  10. Maxence, J' espère que tu es convaincu pour toi même des belles choses que tu me dis à moi!

    RépondreSupprimer
  11. I.

    Ceux qui donnent sans attendre de recevoir n'ont nul besoin d'être convaincus pour eux-mêmes...Ils sont Mission...

    M.

    RépondreSupprimer
  12. Maxence à mon tour j' aimerais parfois t' insuffler un peu " d' égoïsme vital" pour que tu te veuilles un peu plus de bien, il y a quelque chose de magnifique dans le sacrifice mais je ne te souhaite aucune crucifixion!

    RépondreSupprimer
  13. Chacun sa croix et Dieu pour tous...j'invite humblement dès qu'il m'est possible de le faire à la portée avec recul et légèreté, autant que faire se peu...cela va sans dire...

    Poétiquement,

    M.

    RépondreSupprimer
  14. Maxence, voilà! Avec tellement de recul qu' elle tombe à côté! Je te la souhaite très légère sérieusement, car la souffrance ne peut être évitée mais notre religion peut parfois amener au dolorisme, écueil que tu as sans doute évité ce qui n' a pas toujours été mon cas!

    RépondreSupprimer
  15. krystal, thanks, they are eternally modern.

    RépondreSupprimer
  16. Andressa, je les redécouvre en ce moment avec émerveillement, on croit parfois les connaître mais on n' a jamais fini d' en apprendre!

    RépondreSupprimer
  17. Je dépose des pétales de rose et allume une chandelle...J'ouvre le rideau et attends...J'attends...l'Aube...Celle des lendemains qui chantent...Celle qui fait table rase...

    Poétiquement...

    M.

    RépondreSupprimer
  18. Et moi je te dépose un bouquet d' aurores et de renaissances pour tes demains!

    RépondreSupprimer
  19. Isabelle,

    Ferme enfin la boite de Pandorre et lance la clef dans les mers sans fond et n'en cherche jamais plus le chemin...Personne ne te demande de vivre aucune Passion ni aucun Dolorosa...et tu pourras répliquer de toutes les façons que tu voudras...Quant à l'alcool c'est un mauvais génie, un faux ami...Redresse la tête fier Sycambre...Si tu es Colère, je suis Ouragan...

    Poétiquement, Chère Consoeur, dont je ne cesserai de dire que j'aime la Majesté des mots, et que je serre très fort dans mes bras ce soir !

    Poétiquement,

    M.

    RépondreSupprimer
  20. Ah, cher Maxence, je vois bien là la sincérité de ton affection et ton tempérament altruiste.Ne t' inquiète pas pour ta "consoeur" ,j'ai un rapport sporadique avec le vin, la plupart du temps j' ai l' alcool festif et mondain, j' ai juste un peu de mal à gérer les grands bonheurs et les grandes souffrances, l' ennui est qu' ils sont fréquents.Je ne sais pas comment vous faites Julien et toi pour avoir hérité des poètes maudits le talent et non les vices. J'ai dû énerver un reponsable au moment de la répartition! Je t' embrasse tout plein, tu es si droit!Merci de ton amitié.

    RépondreSupprimer
  21. Je ne suis pas si droit car les sinusoïdes ont la cambrure des rêves...

    Bises

    Maxence.

    RépondreSupprimer
  22. Le plus sûr moyen pour arriver d' un point à l' autre c' est certainement la courbe de tes rêves!
    Je suis sûre que tu finiras même par me faire aimer les mathématiques!

    RépondreSupprimer
  23. Même devant la mort et jusqu'à elle, nous ne sommes pas égaux en moyens quand, au final, elle tranche, impudique et forcément "cynique".
    Ca prend de l'énergie de vivre, déjà, alors survivre !!! T'es marathonienne, coureuse de fond ? Bises.

    RépondreSupprimer
  24. Hello belle photographe! Je ne suis pas coureuse de fond mais je l' ai touché! Partir c' est mourir un peu mais quand on reste et que l' autre est parti c' est mourir beaucoup!Mais depuis quelques jours le monde a repris les belles couleurs de la vie comme sur ton blog!
    C'est très juste, la danse macabre commence à l instant fatal, jusque là , pas d' égalité.. bises multicolores!

    RépondreSupprimer

A vous, j' aime votre éclat de rire, vos émotions, vos critiques, pourvu que je vous entende: