mercredi 20 avril 2011

Tes hauts logiques et mes bas illogiques


Chauvet: la chute d' Icare

Jusqu’ où me suivras tu ? Jusqu’ aux nuits nécrophages ?
Jusqu’ au désert , enfer , aux ergs déshydratés,
Jusqu’ aux plaies purulentes que l’ on a grattées,
Me suivras – tu fidèle, jusqu’ au sarcophage ?

Je ne suis pas lumière et je ne suis pas ange,
La fleurette est fanée, le fil effiloché,
Ariane pleure en vain Thésée sur son rocher,
Le vrai amour n’est pas gazouillis de mésange.

Tu dis que tu me veux ? Ne me donne aucun rôle,
Nulle cage , ni maître avide de spolier
Les droits qu’ ont abolis de rudes géôliers ;
Je hais tout homme qui à sa patrie m’ enrôle.

Je refuse l’ exsangue aux mille vies happées,
Je ne laperai pas des oripeaux de langues,
Ni le soir en lambeaux qui oscille et qui tangue,
Je suis libre en tout temps de pouvoir m’ échapper.


30 commentaires:

  1. J'ajouterai à ce magnifique souffle de liberté auquel je m'identifie pleinement que l'amour n'est jamais une chaîne et que sa force nous aide justement à nous émanciper et à devenir ce que nous sommes.
    Rappelons-nous la belle manière qu'a l'italien de dire je t'aime: ti voglio bene.

    RépondreSupprimer
  2. Un joli poème, authentique, dense et vrai...Les mots claquent, les images transparaissent sans apparences...

    L'Amour n'existe pas m'a t on dit un jour, il n'y a que, des preuves d'Amour...

    Vous avez bien raison de mettre en garde les beaux parleurs, les casanovas de bas étage et les séducteurs de bazard...

    Poétiquement.


    Maxence.

    RépondreSupprimer
  3. Ce n'est pas parceque j'ai soufflé sur les nuages ...que tu dois aller faire fondre tes ailes au soleil Isabelle ! ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Ma zeta, comme toujours le mot qu' il faut et moi j'ose ajouter qu' aimer c' est aussi se vouloir mal, je pense qu' aimer c' est l' équilibre entre dévalorisation et idéalisation,soi même et l' autre dans toute sa terrible splendeur, à prendre ou à laisser..

    RépondreSupprimer
  6. Maxence, j' aime beaucoup cette phrase pleine de bon sens , et votre présence ici me touche, en revanche je pense n' avoir jamais eu affaire à des prédateurs de la drague comme vous les énumérez si bien,Juste des sauveurs qui voulaient faire mon bonheur malgré moi peut être,amicalement et poétiquement!

    RépondreSupprimer
  7. Renica, comme je te l' ai dit,c' est toujours un bon vent qui t' amène, ne t' inquiète pas,je me crame toute seule comme une grande, pas besoin d' aide pour l' autosabordage!

    RépondreSupprimer
  8. José, je suis souvent violente et souvent inutile,je crois qu' il était temps que tu t'en rendes compte.Je t' offre mon amitié la plus pure et la plus désintéressée, là, je suis capable d' assumer, c' est terrain connu.

    RépondreSupprimer
  9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  10. Comme vos rimes, votre liberté est belle ! J'imagine vous suivre jusqu'au sarcophage d'un extraterrestre, serrés jusqu'à la nuit des temps mais heureusement, j'ai mon portable pour appeler du secours...^^

    Besos Amoureuse de toujours ♥

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour ton estime, elle est réciproque.

    RépondreSupprimer
  12. Ha ha! Jack,votre rire fait du bien! ah? on emmène le troisième passager? il vous faudra plus qu' un portable!N' oubliez pas l' artillerie et l' art tout court, votre plus belle arme!besos!

    RépondreSupprimer
  13. Pour tout vous dire, je faisais allusion à un des premiers épisodes de X-files que j'avais vu. Mulder était dans un cercueil à Roswell, au milieu du désert, je pensais que tout était perdu quand il sort de sa poche ce portable cellulaire et dit : "Allô Scully..." !!
    Et moi de me dire : Je veux çaaa !!

    Pour dire aussi qu'on est tous le Scully ou le Mulder de quelqu'un !
    Besos Isabelle ♥

    RépondreSupprimer
  14. Alors là si vous aimez X files, bienvenue dans ma vie, vous allez être servi!

    RépondreSupprimer
  15. Servi alors...
    Et Medium, et 24 heures Chrono ? ^^

    RépondreSupprimer
  16. Jack, en revanche j' ai autant de fluide prémonitoire qu' une boîte de conserve et n' ai jamais de montre sur moi! Cependant je reconnais que ces séries ne sont pas des fins de série :-)

    RépondreSupprimer
  17. Expérience de l'altérité qui ne peut être envisagée que si elle est valorisante pour tous les deux, l'amour a ceci d'incroyablement positif qu'il nous permet de sortir de nous-mêmes et de donner à notre existence la dimension du bien et du beau.

    RépondreSupprimer
  18. Vraiment, ton amour n' est pas pour les chiens.

    RépondreSupprimer
  19. Très beau Orfee, l'amour prétend enchaîner mais il reste par essence libre...

    RépondreSupprimer
  20. Lemo, merci , je me sens très proche de tes personnages en perpétuelle roue libre qui filent à tombeau ouvert vers des quêtes impossibles,et pourtant, j' admire les gens sages,je les envie.

    RépondreSupprimer
  21. La liberté du corps , de la pensée sans dépenser les accords des encore et prendre l'amour dans son simple décor ...
    Je te rejoins dans cette liberté d'aimer ...
    Être prose sur une rose mais laisser l'épine pour donner un peu de piquant :)
    Douce journée ...

    RépondreSupprimer
  22. Marie, dans la fantaisie verbale, tu bats des records! un bouquet d' aubépine pour toi!

    RépondreSupprimer
  23. Libre de la vie elle même, Orfeenix:), seriez-vous?
    Toujours en pensée
    Brigitte de retour de vacances

    RépondreSupprimer
  24. Brigitte,votre retour est une fête, libre de la vie mais pas de l' avis, en tout cas du vôtre! Amicalement.

    RépondreSupprimer
  25. Tes mots tourbillonnent et nous emportent et bravo pour la référence musicale:Les Who ça fait du bien

    RépondreSupprimer
  26. LPX, C' est un de mes films musicaux référence avec the Wall, Tommy n' est peut être pas l' idéal pour la période de Pâques, avec sa boule de flipper en tête de la croix blasphématoire,mais entre pinball wizzard et acid queen, il y a vraiment de quoi se régaler!

    RépondreSupprimer
  27. Le titre vos articles - grandiose!Belle poeme. La femme combat pour de dignite.
    Pâques heureuses
    salutations
    Megi

    RépondreSupprimer
  28. Merci Megi, je vous répète ici que je suis impressionnée par la juxta position très forte de vos photos avec cette rébellion mystique d' " une saison en enfer" de Rimbaud, très bonnes f^tes à vous aussi!

    RépondreSupprimer
  29. Mon blog me dit qu'il y a une nouvelle page chez toi... et elle n'exite pas ou plus ?
    bizz

    RépondreSupprimer
  30. Coucou belle amie! c' est parce que je me suis trompée de blog! J'en ai un aitre où je raconte ma vie mais tu n' es pas obligée d' y aller! bises,Rénica!

    RépondreSupprimer

A vous, j' aime votre éclat de rire, vos émotions, vos critiques, pourvu que je vous entende: