dimanche 24 avril 2011

L' allumette que l' on gratte

Egantik,en pure amitié, tu me manques, reviens sur ton blog.


Huygens: les trois parques.

Tremolos, vibratos, crescendos, harmonies,
Couacs et cacophonies, faux - bourdons, contre pointes,
Mensonges musicaux, mélodieuses feintes,
La vie n' est qu' une dissonnante symphonie.

Trop de distance du palais à l' humble yourte,
Des dogmes si sacrés qu' enfin on les renie,
Des peines encrassées qui mènent au déni,
La même conclusion que la vie est trop courte.

Ne crois jamais les bibles que l' on remanie,
Tu veux mon grand secret:tout est incertitude,
Cesse donc de t' enfuir face à la solitude,
Pour capturer le ciel, pas de cleptomanie.

30 commentaires:

  1. Isabelle,

    I keep hoping for something to seem certain, but the same puzzle keeps rescrambling itself for me never to solve.

    Since I'm still living, I don't feel the shortness of life. Since I think in fictional terms, the life I live I'm fashioning into an untidy 'novel' that will read like an unruly manuscript.

    I'm glad you're there. More than a 'character'.

    Trulyfool

    RépondreSupprimer
  2. Truly,

    " untidy,unruly", i do love these words!
    You' re always here when i feel lonely although you're at the other side of the sea!

    That' interesting, you make me think,as a matter of fact,i don't feel this shortness either but rather the necessity to live every instant intensely, that' s quite different.

    I also feel like a puzzle, but i lost a lot of pieces.

    If i was a book, i would be a baroque tragedy,strange and wild.

    I love to read you, my far far friend!

    Isabelle

    RépondreSupprimer
  3. Le nez dans les pâquerettes cherchant les œufs de Pâques), je suis confit (un fruit ) de trouver quelques vers mélancoliques (de trop ? );-)
    Mon tricorne sur le nez, je te fais une bise en chocolat Isabelle ♥

    RépondreSupprimer
  4. confit dense pour confidence,je suis mélancolique mais pâ que...Il me suffit de faire un tour à vol d' oiseau sur tes îles pour retrouver le sourire très vite par exemple, tu vois, l' ombre du tricorne a déjà éloigné les trois Parques...Ce sont de joyeuses parques!
    Bise fondante...

    RépondreSupprimer
  5. En perpetuelle fuite face à ma solitude et au temps qui défile, si seulement je pouvais croire que l'on peut capturer le ciel, ou au moins un petit coin de paradis...

    RépondreSupprimer
  6. Trop de distance du prince du palais à la simple yourte de Schrek...n'oublies pas Isabelle où se trouvent les princes.... ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Isabelle ... although i am away today from my keyboard (on my phone at the moment) i wanted to drop a line to you ...

    "La vie n' est qu' une dissonnante symphonie", i think, only if we let it be, maybe? ... because of interaction such as this, in verse or other forms, its dissonance diminishes and imperceptibly is clarion ...

    on such a weekend i wish you harmony (a Capella or with full ensemble ... it's your choice :) ... i send you love ...

    noxy.

    ps: i love the last two lines, among other things they stole my imagination :)

    RépondreSupprimer
  8. Ma Zeta, quand je t' ai vue à Nîmes,j' y étais! je suis sûre que là où tu es , le ciel est plus bleu qu' ailleurs ;-)

    RépondreSupprimer
  9. Rénica, tu me fais rire! Remarque , si le shrek de la yourte est un spécialiste des acrobaties équestres façon Bartabas, je peux pardonner le poids et la couleur !

    RépondreSupprimer
  10. Noxy! c' est vraiment gentil de ta part, c' est fou comme les doigts deviennent énormes sur un téléphone digital quand on ne sait pas manier le stylet!
    De l' imagination, on peut t' en voler,il t' en restera toujours vu ce que tu écris!
    La musique tout entière bien sûre! A capella dans les grottes, les églises et les sites, qui secoue, qui vibre et qui tonne de mille instruments au crépuscule, ouiiii!
    Thanks for your musical love, i send you the song of mine!
    J' adore l' enthousiasme primesautier !
    Isa

    RépondreSupprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  12. Si tu étais un livre je crois que je le lirais de la même manière! Si les Portugais se mettent à chanter et parler anglais, la francophonie est mal barrée!

    RépondreSupprimer
  13. Je t'en gratte une...
    http://www.youtube.com/watch?v=EOSLf_-4fG0

    RépondreSupprimer
  14. Se eu fosse um livro, percorreria as páginas uma após outra e deixaria o "livro" aberto sempre perto da minha alma. Acredita em mim... Colo eu acreditei em ti.
    Anonymous

    RépondreSupprimer
  15. Frédérique, merciii! " je l' aime tant le temps qui reste!" c' est beauuuu! Ah, mais toi , t' es incroyable!On s' est connues dans une autre vie, non?

    RépondreSupprimer
  16. Anonymous,

    Tiens, le retour!Attends un peu , je vais te le faire en latin, moi, ça va te calmer direct:-)!

    Anonymousse ( encore elle!)

    RépondreSupprimer
  17. Corrigendum :
    Como eu acreditei em ti...
    Anonymous

    RépondreSupprimer
  18. Anonymous

    Tu as bien fait de corriger, ça me choquait! :-)

    Anonymousse

    RépondreSupprimer
  19. Krystal, thanks really, how nice of you to visit me between your faboulous trips ! Welcome here !

    RépondreSupprimer
  20. I love visiting your blogs. There are always something for me here :)

    RépondreSupprimer
  21. Olga, that' s exactly what i think about your' s! Love to see you here and on your's!

    RépondreSupprimer
  22. Me, thanks to you, i do appreciate your platonism! kiss.

    RépondreSupprimer
  23. Possible.. nous avons tant de vies, en surmultipliées, non ? Moi OUI !

    RépondreSupprimer
  24. frédérique: tout pareil, et je suis ravie de te croiser souvent dans l' une d' entre elles!

    RépondreSupprimer
  25. Le devoir angélique est de garder l'Azur,
    Saint Pierre en a les clefs, pas de double possible;
    Mais tu peux respecter les écrits de la Bible,
    Sans être Salomon du pur et de l'impur.

    La vie est chaotique, pas interminable,
    Est-elle trop courte ? Oui si elle est unique,
    Mais par des trous de vers, ponts intergalactiques,
    La vie se met en clône, et devient acceptable.

    Mais faut-il adorer des idoles perdues ?
    Thanatos et Eros ne sont pas bons amis,
    et à trop rejeter on en reste banni,
    Condamné aux Enfers et aux Anges déchus...

    RépondreSupprimer
  26. Julien, je suis fortement impressionnée une fois de plus car tu as mis le doigt sur mon syndrome spirituel, ton texte est beau et en plus il est vrai, j' ai fait un mémoire sur la paraphrase du cantique des cantiques et je n' arrive pas à élever ma chair à la hauteur de mes mbitions spirituelles, Salomon,aujourd hui , j' ai pensé faire un billet sur son " vanité des vanités", dépêche toi de faire ton blog, j' ai hâte de m' y ressourcer.

    RépondreSupprimer
  27. Mon blog est lancé, chère Orfeenix...
    http://hors-de-ce-monde.blogspot.com/

    RépondreSupprimer
  28. Weee peeeee! je l'ai vu la première,preums pour l' abonnement, j'y vais, j' y couuuuuurs!

    RépondreSupprimer

A vous, j' aime votre éclat de rire, vos émotions, vos critiques, pourvu que je vous entende: