vendredi 26 novembre 2010

L' homme erre


Ulysse, que les mers de lourds fardeaux allègent,
Séduit par Calypso mais fascinant Circé,
D' âpres imprécations non content de forcer,
Cesse de déjouer les divins sortilèges.

Tu es l' homme rusé, nous te devons patience,
Roué à l'art de plaire d' un Casanova,
Tu restes le motif du noble canevas
Qui renaît chaque jour ébloui de ta science.

Si tu as parcouru des îles interlopes,
Si tu as survécu à Charybde et scylla,
Si malgré la tempête où ton mat oscilla
Tu as su dominer le pire des cyclopes;

Sache que ton aura ici se développe,
De tant de faits glorieux Ithaque se repaît,
Ta terre est ton berceau, c' est ton hâvre de paix,
Où vibrante t' attend la sage Pénélope.

Crane:les chevaux de Neptune.


13 commentaires:

  1. Je n'ai pu résister de cliquer, mais je repasserai demain pour lire et profiter, là je suis obligée d'aller me coucher !
    Bonne nuit à vous...

    RépondreSupprimer
  2. Isabelle,

    In his way, Odysseus was a kind of 'pre-Renaissance' man?

    (Always fascinating)

    Trulyfool
    (at home, at peace)

    RépondreSupprimer
  3. Très didactique que tout cela, et la musique tel un bolero sans fin est envoûtante. Voilà le récent chant des sirènes dans ces " îles interlopes " où " ton mât oscilla " . Bien sûr que le récit ne laisse personne indifférent !

    RépondreSupprimer
  4. Truly, Exactly, he had to become a Man by getting rid of his daemons.I knew you had succeed in coming home, that' s not amazing!
    Have a good day in your home sweet home.

    Isabelle.


    Versubtil,

    Bien vu, c' est le programme des terminales littéraires qui permet de revisiter ce mythe éternel de la lutte contre la barbarie des passions afin de devenir un homme et d' avoir droit au repos, c' est un peu le mythe du prince charmant en version masculine, qui ne rêverait pas d' une épouse fidèle après avoir connu les artifices des nymphes et des magiciennes?

    RépondreSupprimer
  5. Splendide poême!
    Après t'être intéressée à Ulysse et à ses problèmes de mât - bien freudiens - rappelle toi que nous attendons des nouvelles de Pénélope et de son petit copain Amphinomos avec qui elle n'a pas fait que Pan Pan cul cul.

    RépondreSupprimer
  6. Odysseus un prince charmant, je ne l'avais jamais vu comme ça.

    RépondreSupprimer
  7. Cathy, il n' y a qu' un esprit subversif et militant de Catalane par force qui pouvait révéler cette version apocryphe de la naissance de pan, fruit de l' adultère d' un symbole de fidélité...Pénelope, n' a jamais trompé Ulysse, c' est de la pure calomnie et puis vu ce qui s' était passé avec Calypso , circé, j' en passe et des meilleures, il n' aurait pas eu à la ramener, le cas échéant!Heureusement que le monde moderne est sorti de cette barbarie:-)

    RépondreSupprimer
  8. Cortisone ,merci, je suis flattée, bienvenue! je suis allée sur votre blog et vos écrits sont audacieux, moi non plus je ne voyais pas ça comme ça!:-)

    RépondreSupprimer
  9. A chaque fois que je serai fatigué de naviguer le Web j'aborderai l'île de votre blog pour m'y reposer et rafraîchir mon âme.

    RépondreSupprimer
  10. Mais que c' est gentil!et moi j' irai me distraire sur le vôtre car comme son nom l' indique, on n' a que l' embarras du choix!

    RépondreSupprimer
  11. La mythologie est une des plus belles inventions humaines , je déplore juste le fait que l'on ai cru qu'elle c'est arretée avec l'antiquité ... Il a raison , quoi de plus semblable qu'une DS et une cathédrale ...

    Enfin , totalement d'accord pour l'histoire de tromperie , mais pour la sortie de la barbarie ..


    Finalement , un poème splendide , avec un tableau à l'appuis qui me touche très puissament , encore bravo

    RépondreSupprimer
  12. Merci pour votre commentaire, en effet je n' ai pas ce snobisme puriste qui méprise Tolkien ou donjons et dragons, l' héroïque fantaisie est une noble descendante de l' épopée... vous avez bien perçu l' ironie, les barbares ont une autre forme, mais ils sont toujours là! un regret, je ne peux pas aller voir votre site, snif!

    RépondreSupprimer

A vous, j' aime votre éclat de rire, vos émotions, vos critiques, pourvu que je vous entende: