dimanche 5 décembre 2010

Malagueña maldita


Blake: Caïn

La tristesse, en nos os, substantifique moëlle,
Ne cesse de verser sa myéleuse cigüe,
La douleur en point d' orgue est un accent aigu
Qui scande la chanson de la mauvaise étoile.

Serait- ce héréditaire,est- on prédestiné?
Quelque esprit démoniaque au desseins indicibles
Aime-t-il s' amuser avec d' humaines cibles?
Le spectre d' Attila veut- il nous piétiner?

Si l' on ne doit passer qu' un peu de temps sur terre,
Pourquoi l' arbre de vie serait empoisonné,
Dans son Eden désert,en friche, abandonné;
Il faut faire son deuil.Sanglotter et se taire.

Je ne suis ni difforme,infirme ni débile,
Se plaindre dans ce cas peut paraître indécent,
Je brûle cependant du fer incandescent
Qui mutila mon front d' un sceau indélébile.

9 commentaires:

  1. Splendide!
    Quelle puissance, quelle sève poétique!
    Même si les sanglots accompagnent toute vie, son inspiration initiale et même si notre départ est baigné des sanglots de ceux qui nous ont aimé - ou qui nous aimeront dans l'au delà -, sachons que le son de nos larmes nous rapproche des coeurs afins.

    RépondreSupprimer
  2. Merci ma Zeta,si ton rire est plus joli que la Sagrada familia ta tristesse a plus de profondeur que les concertos d' Aranjuez que tu m' as fait découvrir quand nous étions adolescentes.je t' embrasse.

    Isabelle.

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Ah, ça ne risque pas de m' ennuyer! merci pour ce poème d' une très grande profondeur qui mériterait largement d' être autant célébré que l' ode à Cassandre.Le laurier est un symbole de l' art puisque il est la métamorphose de la nymphe que poursuivait Apollon, la beauté renaissante que cible l' artiste,la mythologie contient toute notre histoire et l humanisme de la Pleïade nous la rend accessible, excellent choix

    RépondreSupprimer
  5. orfeenix,

    I may be carrying The Mark Of Abel, not of Cain. Being a peaceful man, largely unenvious, I let my brothers and sisters to their own life

    Although out of Eden (who not?), I burn only with a desire to create. No predestination. Existential effort.

    Trulyfool

    RépondreSupprimer
  6. Moliere called that " a man honest". I sometimes feel sadness as the need to hurt the persons who are a mirror, but i don' t want to kill anybody except the tax man:-)

    RépondreSupprimer
  7. Bon, d'accord !
    Mais tout cela ne nous rendra pas le Congo.
    Allez, haut les cœurs et bonne journée.

    RépondreSupprimer
  8. Ha ha! vous ne seriez pas un peu belge?

    RépondreSupprimer
  9. Damned, je suis repéré ! Mais comment a-t-elle fait ?

    RépondreSupprimer

A vous, j' aime votre éclat de rire, vos émotions, vos critiques, pourvu que je vous entende: