lundi 23 mai 2011

Ouf!






Rossetti: Hamlet et Ophélie


Bouillant de sang, à fleur d' appeau, de bain de boue
En bout de banc,givré comme une pluie neigeuse,
Tropical sirocco de mes nuits orageuses,
Ton souffle dionysiaque enfle les blancs bambous.

Mon amant le dieu Pan t' a fourgué tant de fougue
Que ton bouc est babine de fauve enragé,
Mon sud abdominal tant de fois fourragé
Tenté d' abominable a failli faire fugue;

Mais tu m' épanouis de ta sève inouie;
Gorgée comme un calice ourlé de renoncule,
J' ai ployé à ton souple poids du pédoncule
Succombant sous tes sucs,vidée, évanouie.

Si pour ressusciter il fallait s' en remettre
A médiévale épée du rival du roi Mark,
Yseut voudrait le sceptre arqué du Danemark
Des mains du seul viking qui puisse être son maître.

40 commentaires:

  1. Joli récit de tes nuits de dix manches arque boutés sous ton sein , rimant et limant l'épée qui bat ton saint, saint Hercule évidemment ( et vide amant )!
    Je veux voir le film, ce Ouf est un aveu ! ^^
    Besos Isabelle de mon coeur ♥ ( Ouïlle ^^)

    RépondreSupprimer
  2. Ah, le dit manche me porta l' estocade ultime! Beau pirate tu lis en moi comme un devin dans un animal entrouvert! j' avoue il en bava pas vous, mon amour de pirate, bisous baveux, comme l' hamlet norvégienne! Je t' adore, Jack!

    RépondreSupprimer
  3. Dear Orfeenix,
    colossal poem !!!
    Thank you, friend of my soul!!!
    Megi

    RépondreSupprimer
  4. Ouf! Pas facile de reprendre son souffle, après tel combat ou montée de sève. J'étais partie un peu mais je suis ravie de retrouver ta poésie!

    RépondreSupprimer
  5. My dear sister of heart, you know we understand each other although we live far from each other, i love you!

    RépondreSupprimer
  6. Isabelle,

    A chaque fois que tu souris cela ouvre une parenthèse...Et cela se lit dans tes écrits...

    Poétiquement

    RépondreSupprimer
  7. Chère Lemodrop, les rebondissements mouvementés de tes récits commençaient à m' échauffer les sangs, il était temps que je reprenne vie !

    RépondreSupprimer
  8. Mon Condor, je te souris lèvres ouvertes, et cela n' a rien de poétique parfois.

    RépondreSupprimer
  9. Avec un petit soupçon d'Amour, grande soeur ?
    Je te le souhaite...

    RépondreSupprimer
  10. Ce n' est plus un petit soupçon, là mon petit frère, c' est un flagrant délit!

    RépondreSupprimer
  11. Pour l' avancée d' un fier conquistador Monsieur Poète!

    RépondreSupprimer
  12. C'est un des poèmes les plus suc-urlants, mais je risque de perdre le nord, si je m'en éloigne trop et risque de facto de m'arrimer au Sud des abdo-nominales.

    RépondreSupprimer
  13. Mon ami Bisak avec un K , tu constateras que l' on est vite déboussolé à ce jeu là, faute de sextant, sans doute!

    RépondreSupprimer
  14. I am sorry, ta rentrée impétueuse dans ce début de semaine, ma complètement chaviré, il me fallait vite déborder,je veux dire,déclamer!

    RépondreSupprimer
  15. Cher Bizac, quand le chat vire, il lui reste neuf vies! j' ai bien peur d avoir abusé des miennes, et toi?

    RépondreSupprimer
  16. Mon amie orfeenix, avec tout ce que j'ai avalé comme paquerette, ce dimanche et le concours que j'ai passé ce matin comme pianiste et non clavieriste, je suis vigoureux et mes doigts sont sur la gachette, dans le cas où...

    RépondreSupprimer
  17. Bizak, ha ha ha! Un véritable héros est toujours prêt à dégainer!

    RépondreSupprimer
  18. Orfeenix, qu'est ce que je ne ferai pas pour notre poètesse...j'allais dire Son Altesse! Mais, oui , pourquoi pas?

    RépondreSupprimer
  19. Tu es la réincarnation d'Elisabeth Siddal, rousse et flamboyante !
    Si Rossetti t'avait connu, mama mia !!!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
  20. Parce que altesse veut dire " hauteur" alors que je ne suis que tout petit auteur, fauteur de troubles, admiratrice de l' inimitable intelligence synthétique de l' homme dont mes émotions ne sont que lâ pâle imitation impuissante.

    RépondreSupprimer
  21. Ma belle amie Virginie, plut au ciel que je fusse aussi lisse, si elle lui a donné l' eden , je suis heureuse d ' arriver trop tard pour lui faire conaître l' enfer! tu m'as manqué , toi!

    RépondreSupprimer
  22. Je n'avais pas vu le libellé de ce billet mdr !
    J'arrête de papillonner sur les blogs, le lit m'appelle, enfin pas que lui !
    Bisous et fait de beaux rêves !!!

    RépondreSupprimer
  23. Orfeenix
    Si tu es petit auteur et fauteur de trombes d'eau et ce à la hauteur de son Altesse,tu es ma reine Margot aux grandes émotions!

    RépondreSupprimer
  24. Virginie, on ne résiste pas à l' impérieux appel du pieu!

    RépondreSupprimer
  25. Bizak, et toi le château margaux de mes ivresses!
    Mais tout cela ne me dit pas si tu as réussi ton concours de piano et avec quel morceau, si j' ai bien compris ton com précédent! Alors?

    RépondreSupprimer
  26. Problèmes techniques sans doute, je n'ai pas réussi à enregistrer mon com ou alors est-ce le contenu hautement érotique qui me laisse sans voix et a grillé le bouton de la machine. Je réitère donc que je suis impressionnée par ce qui est pour moi le nouvel horizon que tu dessines alors que que je découvre que ma vie est une véritable ascèse.

    RépondreSupprimer
  27. Une forte liqueur qui se déguste à petites lapées :-)

    RépondreSupprimer
  28. Ma Zeta: à seize? Tu me bats à plates coutures!

    RépondreSupprimer
  29. Frédérique , ou cul sec, c' est selon :-)

    RépondreSupprimer
  30. Bizak a dit...
    Orffenix
    Ha! Ha!, je te vois venir: La reine, le piano, le vin, la poésie, la muse Ma Zeta et en avant la musique! Non, ma chère, je me suis gouré, cette fois pour de vrai: j'ai pris le clavier de mon ordinateur, pour juste apprendre, comment tchater sur msn!

    RépondreSupprimer
  31. Ah, tu n' es pas concertiste? bon, je te tolère quand même sur ce blog :-)Ce serait une idée, les touches de clavier musicales,il faudrait lancer le concept!

    RépondreSupprimer
  32. "cul sec", tu n'y penses pas, hors de question !

    RépondreSupprimer
  33. For me, your poem is an image, that is going to exist for a while in front of my eyes.

    RépondreSupprimer
  34. Frédérique, dans la vie il y a les barbares et les civilisés, les goinfres et les gourmets, les bourrins et les raffinés, je n' en suis pas fière, tu sais, je ne te ressemble pas sur tous les points!

    RépondreSupprimer
  35. Olga, Happy to give you back what your pictures often make for me!

    RépondreSupprimer
  36. Une antiphrase "cul sec, tu n'y penses... " :-)

    RépondreSupprimer
  37. laurent, chouette! des fraises et de la tendresse, voilà ce dont j' avais besoin!

    RépondreSupprimer
  38. Frédérique, comment ai je pu douter de notre similitude!

    RépondreSupprimer

A vous, j' aime votre éclat de rire, vos émotions, vos critiques, pourvu que je vous entende: