vendredi 13 mai 2011

Le grand sort scié


A M. des grands monts de Norvège.


Si Orphée eût porté un pareil appendice
Protégeant ses trésors de mille yeux de paon,
Qu' eût importé sa lyre ou sa flûte de Pan,
Dans nul enfer jamais n' eût sombré Eurydice.

Antigone aurait eu un semblable piolet
Afin d' ensevelir son frère Polynice,
Dante eût pu de sa dague sauver Bérénice...
Le carême eût perdu son morbide violet.

Car enfin je ne veux pour aucune assomption,
Renoncer aux pouvoirs qui me tirent à terre,
Les saillies de tes mots et de ton cimeterre
Seront les forces nées de neuves rédemptions.

Viens adoucir ma peau à tes rigidités,
Que mon corps défendant à tes lois s' émancipe,
Fendant toutes les mers, corsaire sans principes,
Viens fondre toute lame en ma liquidité.


Bjork - Isobel (Clip By Michel Gondry) par piRjtull

52 commentaires:

  1. Une invitation en forme d'hommage pour servir de fourreau à un bel instrument ! Ça donne envie de jouer de ta musique, Isabelle, celle de tes mots m'envoute déjà ♥ Besos :)

    RépondreSupprimer
  2. Chez Orphée, je préfère encore le chant des sirènes que celui des sorcières au sort scié et dormir dans les bras de Morphée pour faire de beaux rêves, il est presque minuit d'ailleurs;
    Bonne nuit, Orfée-nix et Bizak s'écrit comme celui de Balzak, l'honoré.

    RépondreSupprimer
  3. Ceci est un hommage aux vits kings! Les seuls aptes à faire frémir les violons comme un coeur qu' on afflige, un coeur triste qui hait le néant vaste et noir... besos, pirate, je suis ton amie amicale d' escale à l' écoute des battements de ton coeur de pirate! Qui a trouvé un ami a trouvé le trésor de Rackam le rouge!

    RépondreSupprimer
  4. A bientôt pour vous amuser dans la comédie humaine, je vous offre mes splendeurs et misères de courtisane...

    RépondreSupprimer
  5. Ah, je n'ai de norvégien que l'omelette mais je prends ton oreille amicale, c'est un beau trésor de pirate ! Besos du samedi ♥

    RépondreSupprimer
  6. Jack tu me fais mourir de rire! Quel gourmand!Mais oui je prête l' oreille à ventre affamé qui n' en a pas même si ma cuisine se résume à ôter l' emballage! bisous ami des mers du sud!

    RépondreSupprimer
  7. Pour toutes vos splendeurs offertes, je vous envoie un joli bouquet de fleurs et pour les misères, jetez les aux orties.

    RépondreSupprimer
  8. Cap au Nord… Fée Nix !


    Entre terre et mer, ton corps généreux hésite…
    Faut-il garder le phare ou faut-il naviguer ?
    Si tu es cratère, continue de brûler,
    Mais si tu es Geyser, accepte les marées…



    En ton Tabernacle, méfie toi des Alliances,
    Moïse avec son Arche est resté dans les cieux,
    Et des idolâtres ont péri dans le feu ;
    Garde toi du péché et jouis dans la clémence…


    Pour ta boite de Pandore, il serait pratique
    Qu’elle soit ignifuge à quelque Prométhée
    Qui voudrait de tes braises trop vite abuser…
    Autant prendre la mer et partir de l’Attique…


    Va trouver ton Corsaire à l’âme norvégienne,
    Sans peur que tes œufs soient réduits en omelette,
    Tu deviendras Feyja divine et coquinette,
    Liquéfiée de plaisirs sans que Thor n’intervienne…


    J.ChAbAdA

    RépondreSupprimer
  9. (Quatre quatrains d'alexandrins pour réagir poétiquement à ton grand sort scié, grande soeur Orfee, y a fallu que je me décarcasseois là... Menfin... J'espère que le résultat te plait...]

    RépondreSupprimer
  10. Des fleurs et des vers, la journée commence bien!
    Bizac , vous êtes charmant! Sachez cependant que j' aime la misère et les misères , les contrastes des " soleils mouillés et des ciels brouillés brillant à travers les larmes" et que j' aime au moins autant les ténèbres que la lumière, je prends donc les fleurs ET les orties, cela fouette le sang , dit on! Amicalement.

    RépondreSupprimer
  11. Julien, je t' adore, comment pouvais je vivre sans ton amitié? Tu comprends tout sans paroles, tu sens à distance et tu restitues en oeuvre d' art sous la forme parfaite de tes vers mordorés, bref moins poétiquement je suis sur le cul de tant de sagacité, tu es sacrément fûté!
    Toi qui me connais si bien par gémellité de plume et d' âme même si c' est récent tu as compris que la prudence et la tempérance ne sont pas mes vertus cardinales mais que du nord au sud sont mes points cardinaux! Bises et rebises mon rouleau de printemps!

    RépondreSupprimer
  12. Belle Orfeenix, voilà le temps qui revient, celui de blogger qui nous délaissait depuis ces jours, je lis, étonnement de vos vers, de celui que j'aime qui dit "viens adoucir ma peau à tes rigidités", je l'emporte avec moi à la pointe de l'épée puisqu'il est rédemption.

    RépondreSupprimer
  13. Ma chère Brigitte, je suis heureuse de vous étonner car je l' ai été bien souvent chez vous, décontenancée, intriguée, interrogée puis attrapée, séduite , envieuse de cette plume si sobre qui en dit tant, et maintenant j' essaie de m' approprier cette force , vous m' apprenez beaucoup, merci de vous.

    RépondreSupprimer
  14. Eh bien, ma bonne dame, le printemps nous dévergonde!
    Ça me change des hommes politiques.

    RépondreSupprimer
  15. Phallique poême empreint de frénésies bacchanales...tout un programme ;-)

    RépondreSupprimer
  16. J'ai corrigé Feyja en Freyja...

    Au panthéon nordique des poètes, chère Freyja, je suis donc bien ton Freyr !

    La preuve ici : http://hors-de-ce-monde.blogspot.com/2011/05/trou-de-vers-de-la-fee-nix-de-lattique.html

    J. ChAbAdA

    RépondreSupprimer
  17. Ma Zeta, si j' étais politiquement correcte je n' aimerais pas les marins mais je me coltinerais la Marine, et comme je m' y connais beaucoup mieux en popolitique qu'en politique, le choix est fait!

    RépondreSupprimer
  18. Rénica, intéressantes combinaisons de mots:-)
    Bises, toi.

    RépondreSupprimer
  19. Moi, je voudrais bien vous offrir des misères en fleurs et comme vous aimez les fleurs du mal de Baudelaire qui a dit qu’il existe une beauté propre au mal"misère"), je vous offre, gentiment ses vers ( je sais vous les connaissez tous, mais c'est bon de les répéter):
    Vous que dans votre enfer mon âme a poursuivies,
    Pauvres soeurs, je vous aime autant que je vous plains,
    Pour vos mornes douleurs, vos soifs inassouvies,
    Et les urnes d'amour dont vos grands coeurs sont pleins !

    RépondreSupprimer
  20. Ouais, la médecine qui vient m' enduire de fôtes!
    Super la confreyrie!
    Mon lapin,ton poème ne manque pas d'r, en tout cas notre inspiration réciproque est d'enfer mon frère!

    RépondreSupprimer
  21. Bizac je preeeeeends!!!!! Du fond des tripes merci pour ce sublime quatrain!
    Vous êtes terrible vous! Je vous adopte! On se tutoie?

    RépondreSupprimer
  22. Oui, bien sûr, or-fée-nix, je suis terrible! je m'amène comme chez moi, forcément, on se tutoie! D'ailleurs, ça sonne faux, quand on se vouvoie et que moi, je te fais des misères!

    RépondreSupprimer
  23. Même pas mal! Fais comme chez toi!

    RépondreSupprimer
  24. Isn't it amazing that certain Green legends, myths, and tragedies still concern many people :) It's a beautiful poem.

    RépondreSupprimer
  25. Olga, i bet we have the same life! Thanks to be here!

    RépondreSupprimer
  26. Bonjour,
    poesie courageux et beaux!!!Remerciement!!!
    Je voudrais vous remercier que tu m'as aidé,
    ne pas descendre dans mon rêve mondes sans manière de retour trouver pouvoir.
    Et musique des Björk est encore légèrement ,ce qui nous relie.Ma favori chanson "Pagan poetry "
    Excuses pour la mauvaise traduction.
    salutations
    Megi

    RépondreSupprimer
  27. Coucou Megi,
    Ne me remercie pas, c' est très égoïste de ma part, j' aime ton blog magnifique, je n' ai pas envie de m' en passer, je ne veux pas qu' il s' endorme, ne disparais pas , je sens à distance ta sensibilité exquise et tu m' attendris!
    Enorme bise à toi!

    Isabelle

    RépondreSupprimer
  28. La temperature vient de monter d'un cran chez moi.Il va falloir que je m'aere.Mais que ta plume est belle!

    RépondreSupprimer
  29. Ha ha! Ces vers se voulaient chaleureux en effet ,les saints de glace sont derrière nous , voilà l' été!

    RépondreSupprimer
  30. Ah, comme je me trompais en écrivant dans mon com que l'érotisme de ces vers me changeait de mes préoccupations politiques!
    J'avais oublié DSK qui, vu sa biographie hormonale, peut songer à travailler pour Marc Dorcel (mais oui, je connais).

    RépondreSupprimer
  31. Ma Zeta, si c' est vrai ,si ce n' est pas un " coup monté" je prie le panthéon de lui envoyer une floppée d' érynies...Encore une qui désormais consentira à tout pour être sûre de ne plus être violée.

    RépondreSupprimer
  32. Un poema muy bonito escrito a la manera d 'un fauna
    Esta gran suerte serrada le hechizó visiblemente

    RépondreSupprimer
  33. merdum, j' efface la réponse incompréhensible pour un non initié, merci de m' avoir prévenue!

    RépondreSupprimer
  34. Estimado Anónimo

    Me gustan los faunos y primavera, la naturaleza de júbilo y las amables palabras, así que gracias por su presencia.

    RépondreSupprimer
  35. Poéticamente suyo...

    RépondreSupprimer
  36. si usted es el que yo pienso, yo ruego que me envíe un poema sublime, que sufro por haber perdido. Si es un otro, quien es?

    RépondreSupprimer
  37. Soy bien aquel en el que piensas

    RépondreSupprimer
  38. Le ruego que me haga el hermoso poema que ha desaparecido y que yo amaba tanto, si usted por favor

    RépondreSupprimer
  39. Un hymne à l'amour , aux courbes terrestres laissant Palimpseste dans un tiroir pour chevaucher le hasard ... Donner un sens aux lettres , se lover dans chaque atour pour dire et en corps que l'amour nait sans équivoque quand on sonne à la bonne porte ... Ma chère Isabelle , j'aime ton écriture , j'aime quand elle griffe, qu'elle remue les consciences pour déverser comme une essence , une naissance à la pointe du désir ...
    C'est tout simplement beau ... :)
    Bravo aussi à ChabAdA :)
    Douce journée ... Bises :)

    RépondreSupprimer
  40. Marie, heureuse de te retrouver après ton voyage au pays des destins qui tiennent à un fil, je suis sûre que tu en as fait le pays du sourire pour les enfants! Oui Julien est un jeune surdoué de l' écriture très altruiste comme toi, et je me félicite de vos présences.Je n' ai pas réagi à ta remarque tout en pudeur sur la vidéo de Blunt, alors je vais imiter mon jeune ami et te répondre ceci écrit en des circonstances pas tout à fait comparables mais, bref:

    Comme une eau de rosée trop vite évaporée,
    Portant l' ample reflet des vastes sycomores,
    Avant d' être absorbée au ciel, bue par l' aurore,
    Abandonne un calice floral éploré,

    Tu étais en bourgeon le jardin d' Arcadie,
    L'âge d' or sommeillait en tes formes graciles,
    Le paradis perdu d' eldorados faciles
    A dû capituler face à la maladie.

    Pour orner l' univers d' une étoile de sang,
    Le don sacrificiel d' une existence en germe
    Aux soifs de renaissance a apposé le terme,
    Irradiant nos coeurs d' un mal incandescent.

    D' un baume lacrymal comme un martyr sois oint,
    Qu' au grand livre de vie ton nom l' on reconnaisse,
    Fais valoir entre tous un juste droit d' ainesse,
    Roi d' un monde où mon être aimanté te rejoint.

    RépondreSupprimer
  41. Querida Isabelle

    Prometio que viene...

    Pronto...

    RépondreSupprimer
  42. Benvenudo querido, Nunca me olvidaré de ti, tus palabras me mantienen en un cielo sin sombras
    .

    RépondreSupprimer
  43. Qui est mon semblable ?
    Non pas celui qui partage toujours mes pensées et mes actes,
    Ou qui adhère à mon chemin de vie,
    Mon semblable est celui,
    Celui qui a compris,
    Que de la différence,
    Dépendait l'harmonie...

    Poétiquement

    RépondreSupprimer
  44. Les mythes j'en connais peu... j'ai retenu Pégase (va savoir pourquoi ?) et Icare (là encore, pourquoi?)... bref j'aurais aimé que Pégase rencontre Icare (c'est une obsession chez moi :-)), la terre et le ciel.. et qu'ils se confondent en un envol définitif.

    RépondreSupprimer
  45. Belle idée frédérique, les ailes du cheval n' auraient pas fondu au soleil et il eût peut être rapporté le feu de la connaissance aux hommes, tandis que maintenant , tu te bats pour emprisonner la lumière au prisme de ton objectif, et tu arrives parfois à concilier terre et ciel en des horizons indéfinis...Finalement, même si je ne peux m' empêcher de rêver d' ailes le monde est aussi beau vu d' en bas!

    RépondreSupprimer
  46. Merci Marie.
    Et j'aime beaucoup la réponse poétique d'Orfee, ça coule de source...

    RépondreSupprimer
  47. julien et Marie, deux grands esprits qui se rencontrent!

    RépondreSupprimer
  48. Isabelle
    SAILING not Wedding.....
    My dear French friends.....Dictionary's
    à la voile!!!!!!!!
    Gros poutous :-)

    RépondreSupprimer
  49. I will drink to you in Marseille.
    au revoir.x

    RépondreSupprimer
  50. Tchin! Me! ô bonne mère, i thought you were on honey moon! Well take care of you, i have a special feeling with sailers, kisses and poutous too!

    RépondreSupprimer

A vous, j' aime votre éclat de rire, vos émotions, vos critiques, pourvu que je vous entende: