mardi 12 avril 2011

La leçon de piano à quatre mains


Coucher de soleil par Renica: http://exercicesdestyles.blogspot.com/


Poème fait en temps limité avec Maxence:
http://przyborowski.unblog.fr/


L'ANTRE DE MONDES


L' écho d' une autre vie luit comme un luminaire,
Ainsi que dans l' éther brille l' orbe de l' âme,
Dont le corps chante l' air d' un piètre épithalame
De la Terre aux Cieux s'élèvent les mystères...


Rappelle-toi, jadis ,tu fus mon autre moi ,
Je contemple à nouveau le naguère en tes yeux,
Rassasiant mon désir d' apprendre en ces aïeux,
Secrets qu'enferme hier dans son écrin de bois.


Retrouvons la mémoire au galbe des statues
Promenons nos esprits sous d'antiques soleils
Sombrons dans l' autrefois, ce lumineux sommeil
Archers, brandons nos arcs vers d'autres étendues...


Couronnés d' univers comme des déïtés
Réinventons tous deux la voûte des étoiles...
Ton sillage peindra la mer comme une toile,
Les voiles déployées voguons vers Vérité...

21 commentaires:

  1. Il y a des leçons qui méritent d'être prise... par coeur !

    RépondreSupprimer
  2. merci , Jeanfi, personnellement, je ne connais pas de meilleur organe.

    RépondreSupprimer
  3. Les mains se joignent et se rejoignent , laissant l'ardeur romanesque se lier faisant fondre les sujets dans une chaleur musicale ...
    Une jolie leçon de poésie agrémentée du tempo du coeur ....
    Tout simplement superbe !!! Bravo à vous deux ...:)
    Douce journée :)

    RépondreSupprimer
  4. Mariiiie!!! Je suis si heureuse de retrouver la grâce délicate de tes mots, quel bonheur que tes soucis techniques soient terminés! Tu m' as vraiment manqué!

    RépondreSupprimer
  5. ah Isabelle, "Remember, once you were my other self" ... this made me smile ... what a wonderful statement, eh? ... i suppose we were each, once, someone's other self, no? ... there it is, time-travel, once again ...

    your words are wonderful in this one ... especially the closing couplet ... the notion of the ocean as canvas, while the wake paints on it, superb image... sailing toward the truth (ah, the Truth ... what is it really, eh? ... will you tell me someday? ha ha) ...

    i enjoyed this duet (as in all your writings) ...

    RépondreSupprimer
  6. Noxalio, i feel your smile when you' re writing,i enjoy very much!The last is the best, yes,we started to be good when it ended, always the same:-) I try to tell the truth, but i can' t explain what it is! When we will have finished our trip and found it, i 'll tell you what it looks like,but if you find the truth before, you explain to me!

    RépondreSupprimer
  7. je l'ai déjà dit mais je me répète : bel exercice que celui de votre poême à 4 mains !
    Mais au fait c'est quoi Vérité ?
    Je crois plus à l'existence de VéritéS...

    PS merci je suis flattée que tu illustres avec une de mes peintures.
    bizzz

    RépondreSupprimer
  8. Renica merci à toi pour ce couchant lumineux sans les habituelles symboliques morbides,la vérité il faut la demander à Maxence car le vers de chute est de lui, mes vérités à moi sont des îles flottantes, rien de dogmatique, donc partisane de ta religion, bisouillettes!

    RépondreSupprimer
  9. Merci à Marie, Rénica et Noxalio...

    Pourquoi Vérité ? J'aimerais le savoir moi-même, entre vers automatique, rivage ignoré de la carte du tendre et maïeutique assumée...A chacun d'y trouver un sens...Mais que je l'aime ce mot...que je l'aime...

    RépondreSupprimer
  10. Au singulier comme au pluriel...

    RépondreSupprimer
  11. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  12. Maxence, J' aime la , les vérités de mes habitués, y compris les plus récents, car c' est la recherche du beau qui vous unit et non des concepts tout prêts, ma vérité c' est la beauté de l' être et avec vos textes à tous et vos peintures, je suis nourrie! Merci.

    RépondreSupprimer
  13. José, j' ai dit que je bouderais tant que tu n' écrirais pas à nouveau mais je n' y arrive pas : -) Moi je suis pour le rythme binaire avec l' arrêt au milieu...

    RépondreSupprimer
  14. Quatre mains, tout un programme de caresses qui courent sur un corps de piano, mhh...^^

    Besos Isabelle, le Capitaine à nouveau sur le pont ! ♥

    RépondreSupprimer
  15. ah, Truth ... yes ... one of the fickle triplets, no? ...

    "truth and beauty
    alongside goodness, fickle triplets
    at banquets of impulse gorge
    unattended; Loreleis of keenness
    and appetite." (is what i wrote a little while ago...)

    ha ha ... what do you think?

    if i find her, you will be first person i will tell ... i promise! until then ... we continue to search ...

    RépondreSupprimer
  16. Youpiii! ça y est? la crémière est pendue au mat de misaine? On vous attendait de pied marin ferme!
    Pardon pour cet humour de col bleu en goguette,le son le plus beau étant évidemment celui du piano à queue ( elle en rougit,la traitresse!)

    RépondreSupprimer
  17. Noxalio, ah, les trois grâces inaccessibles!I love that text,but i think a little lie, uglyness and bad is also fascinating, Lorely was a siren,and i believe in the fictive truth of her ambiguous beauty!

    RépondreSupprimer
  18. Ce poème symbolise les juxtapositions de notre existence, ce que nous fûmes ce que nous serons. Ne sommes-nous pas, métempsychosés ou pas, des êtres multiples pouvant aspirer à au renouvellement? Celui qui fut "jadis l'autre moi" me permet de construire le futur moi, aux couleurs de la splendide oeuvre qui illustre cette envolée.

    RépondreSupprimer
  19. Ma Zeta , ta splendide plume me rend d' autant plus nostalgique d' infinitesimale, je ne sais pas quelle épidémie semble contaminer les sites auxquels je tiens,j' espère que c' est parce que tu es comblée dans l' autre monde,tu me manques beaucoup et chaque trace de toi m' est précieuse.

    RépondreSupprimer
  20. Vous avez créé un blog très beau.

    RépondreSupprimer
  21. Olga,en français puisque vous me faites l' honneur de venir jusqu' ici en parlant cette langue,je suis ravie de vous accueillir, j' ai eu l'occasion de vous apprécier à travers les commentaires que vous laissez sur nos blogs amis et je vous renvoie ce compliment qui me touche: votre photographie est extrêmement créative et décline comme le titre les nuance de l' art, du burlesque au sublime,j' aime!

    RépondreSupprimer

A vous, j' aime votre éclat de rire, vos émotions, vos critiques, pourvu que je vous entende: