dimanche 20 mars 2011

latitude portuaire


Leonor Fini, le bout du monde.


J' irai finir mes jours en un vieux port de pêche,
Parmi les matelots hâves et burinés
Par le vent et la pluie qui vont tambouriner
Sur les carreaux épais et les portes revêches.

J' écouterai le chant de la mer gourgandine,
Le verbe des marins, sages mais ignorants,
Les dévotions désuètes des humbles orants
Qui vont purifier l' air d' effluves citadines.

Mon homme aura vieilli comme l' or patiné,
Mes ses yeux transparents me transperceront l' âme,
Sur son coeur indompté plus ardent que la flamme,
Se poseront, émues, mes mains ratatinées.

Tous les déchirements se seront raréfiés;
Dans la baie radoucie où les bateaux se mirent,
La rade étirera un éternel sourire
Auquel nous répondrons sous le ciel pacifié.


29 commentaires:

  1. Mais chère amie, il y a des marins forts instruits, comment cela va t'il se terminer si vous tombez dessus...? En souriant et en ayant passé un bon moment de lecture, comme d'habitude. Bon dimanche Jean-Philippe

    RépondreSupprimer
  2. Quand on tombe sur des hommes cultivés, il faut bien se résigner à les écouter!J'aime aussi les vieux bergers des Alpes qui n' ont lu aucun livre mais connaissent les secrets du ciel, mais comme les vieux loups de mer,ils se font rares!mille sourires.

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Aujourd'hui je vote pour tes vers!

    RépondreSupprimer
  5. La fin du jour que tu évoques est touchante et je m'y sens chez moi. Car ça sent les marins, les embruns et les amours...^^
    Ma lorgnette regardera la jeunesse de ma promise, enfouie sous sa peau flétrie mais qui est sienne...

    Une belle histoire, Isabelle, dont on n'a pas hâte de connaitre la fin mais de la réussir, pour bonifier toute sa vie !

    Besos princesse des îles ♥

    RépondreSupprimer
  6. Tu as du flair! Je lui souhaite aussi une fin heureuse , comme ce récit beau comme un couchant sur ton blog où une veuve éplorée retrouve enfin l' aimé; qui a dit " les gens heureux n' ont pas d' histoire!"?
    Bisous coeur de pirate!

    RépondreSupprimer
  7. Vous serez ma muse et ma figure de proue,nos yeux contempleront les hydroptères, insectes du crépuscule et peut-être de l'aube.

    RépondreSupprimer
  8. Le port, but éternel... J'aime ces images pacifiées à la fin!
    Belle soirée Orfee

    RépondreSupprimer
  9. Si vous êtes Olivier de Kersauson, il est sûr que vous avez le vent en poupe! Qui que vous soyez, bienvenue, un anonyme poli, ça change!

    RépondreSupprimer
  10. Le mot, la paix, faut pas s' y fier:-) non, c' est pour rire, merci pour ton com et ta fidélité et tes c..ourageuses audaces d' écrivain!

    RépondreSupprimer
  11. Paroles de paix, de tendresse et de sagesse qui emeuvent jusqu'au vieux loup de mer aguerri, une belle alternative au déambulateur.

    RépondreSupprimer
  12. Tout à fait ma Zeta, une jambe de bois, c' est plus seyant.

    RépondreSupprimer
  13. " la mer gourgandine " c' est une véritable friandise cette expression ! Est-ce un aveu d' éprouver du plaisir à entendre des propos salaces ?
    Souvent lorsque l' on jette des gros mots à la mer, celle ci se charge, souvent même au moment où on s' y attend le moins, de vous les renvoyer à la figure.( Mais vous êtes une curieuse, vous ne faite que les écouter ).
    Take care of you !
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  14. Ha ha!Versus, le plaisir vient de la bouche qui les profère, chez Rabelais ou Queneau je ne boude pas mon plaisir, mais ceux que j' ai reçus par cul de bouteille à la mer venaient de l' esprit de vin qui les inspira, je ne les écoute plus, je préfère le chant des sirènes, merci sincèrement pour votre compassion.

    RépondreSupprimer
  15. Chère Orfeenix

    La douceur des allitérations en V de vos deux premières strophes contrastent avec la rudesse des allitérations en R nichées dans chacune des quatres strophes de votre poème...

    l'or patiné, la flamme, Hâves et transparents, contrastent avec les heurts du vent et de la pluie,

    Que dire des cinq sens mis en éveil, la vue,le toucher, l'ouïe, l'odorat et le goût (plus estompés pour les deux derniers)...

    Enfin la mer ou l'océan comme finistère ou comme embarcadère vers d'autres horizons plus vastes (homme libre toujours tu chériras la mer) une fois l'âge dernier venu...

    Des rayons et des ombres, des clairs obscurs, des sons, des senteurs et des saveurs...

    Des décors marins chamarrés par un soleil crâne venu du bout du monde...

    La dualité...

    Ce poème est écrit ainsi que l'on paint une belle toile...

    Voilà ce qu'humblement m'évoque à la toute première lecture ce très joli poème...

    Vous avez du talent...Vraiment...

    Maxence Przyborowski.

    RépondreSupprimer
  16. Maxence, vous n' imaginez pas comme cet avis me touche,je n' aurais pas su le défendre en d' aussi jolis termes,je ne sais pas comment vous remercier!

    RépondreSupprimer
  17. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  18. Heartman, dis le lui toi, tu sais si bien dire!:-)

    RépondreSupprimer
  19. Une belle aubade aux échancrures de l'amour , là où la femme a ses plus beaux atours .... Une balade où les mains se rejoignent dans la spirale du souffle harmonieux pour offrir aux lecteurs des idées malicieuses :)
    J'aime ce bateau où vous nous transportez ... :)
    Douce journée ...

    RépondreSupprimer
  20. Des commentaires qui louent de longues années d'écriture, un talent abouti et une belle personne, mon amie depuis toujours.

    RépondreSupprimer
  21. Marie, j' aime beaucoup votre regard, on m' a reproché d'être devenue triste, et vous y voyez comme Maxence la promesse future de la sensualité qui explose comme un chant du cygne, merci d' embarquer parfois sur ce bateau auquel vous apportez une voile nouvelle.

    RépondreSupprimer
  22. Ma Zeta,toujours là pour me rassurer dans mes doutes, je m' appuie depuis toujours sur ton jugement plein de bon sens et d' intelligence, le remède à mes émotions dispersées!

    RépondreSupprimer
  23. "Mon homme aura vieilli comme l' or patiné,
    Mes ses yeux transparents me transperceront l' âme,
    Sur son coeur indompté plus ardent que la flamme,
    Se poseront, émues, mes mains ratatinées.'

    Savez-vous, belle Isabeau, que sous un toit enneigé, il y a toujours du feu dans la cheminée ?

    RépondreSupprimer
  24. Janou! Fidèle au poste! merci!
    Janou, vous êtes un polisson, je vais vous passer une ramonée :-)

    RépondreSupprimer
  25. A l' anonyme qui m' a envoyé une vidéo: c' est un beau texte dit d' une belle voix mais je préfèrerais savoir qui vous êtes, merci!

    RépondreSupprimer
  26. J'aime, j'admire, je suis éblouie, je vais l'apprendre par coeur!

    RépondreSupprimer
  27. C'est en relisant plusieurs fois tes textes que je m'aperçois qu'ils ne sont ni tristes ni mélancoliques...
    Comme une impression d'être derrière ma fenêtre l'hiver, je m'approche et hop la buée a disparu !
    Fée des mots je te trouve, comme AL !!!!
    Passer une ramonée , je ne connaissais pas cette expression :) :)
    C'est ce que j'aurais du faire à mon chat ce matin, il a encore dévoré un rouleau de sopalin !!!!!

    RépondreSupprimer
  28. Mango,merci,j' aime tellement les auteurs que vous valorisez , comme Irving ou madame Chedid que je suis très fière de vous toucher!

    RépondreSupprimer
  29. Evidemment, Virginie, puisque tu t' approches! tu es de ces gens qui à l' instar du roi de la légende transforment tout en or; du fond du coeur, je te remercie d' avoir ramené notre photographe séraphique qui comme moi, a été rassurée par ta présence loyale et impartiale, vertus qui se raréfient à vue d' oeil, merci au nom de la solidarité féminine, une de mes valeurs dominantes.

    RépondreSupprimer

A vous, j' aime votre éclat de rire, vos émotions, vos critiques, pourvu que je vous entende: