vendredi 1 avril 2011

tentative de modernité


Chirico: l ' homme cible



Le prisonnier déchu lorgnant son vasistas,
Tant de croix sur le mur comme des métastases,
L' hybris est retombée comme morne protase,
Apprendre les espoirs, un par un sur le tas.

Le soldat bouc émis d' enjeux qui le dépassent,
Sa chair écartelée de hyènes le repas,
Orbites évidées béant sur le trépas,
Se tourner vers l' ailleurs à l' abri des rapaces.

Le furieux tourmenté de l' angoissante masse,
Sa folie au cerveau implantée comme un mât,
Angoisses enlisantes en un bourbeux coma,
Croire à l' ardeur sacrée , cet art qui te damasse.

Le malade élimé que la douleur terrasse,
Le malaise alarmant le ronge comme un rat,
Drapé comme un linceul dans son lit d' apparat,
Un demain lumineux dans un rire l' embrasse.

Mon amour malmené en malsaines mélasses,
Du sucre au fiel mêlé de sel et de miellat,
Ce sauveur que mon mal jamais ne rende las,
Remettre la rondeur du globe bien en place.

50 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. ceux ci sont déjà un trésor aztèque à mes yeux, ne cherche pas plus loin, je croirai toujours quelqu' un qui ne sait pas mentir car le mensonge risque de blesser un innocent:-)

    RépondreSupprimer
  3. J'aime vos vers, même si mon inculture ne les saisit pas tous, lisant avec ferveur les tréfonds de votre âme...

    Je profite des derniers instants de ma connexion pour vous laisser ce mot, à bientôt !
    Besos Isabelle ♥
    Jack

    RépondreSupprimer
  4. Jack a dit :" mon inculture", Isabelle répond " mon oeil" calfeutré d' un bandeau noir:-)
    Bonne installation, la mer va rester à marée basse sans vos aventures picaresques, revenez vite mettre le feu grégeois!
    Bisettes de suricate.

    RépondreSupprimer
  5. j'ose aussi :
    Apprendre les espoirs, un par un sur le tas.
    Se tourner vers l' ailleurs à l' abri des rapaces.
    Croire à l' ardeur sacrée , cet art qui te damasse.
    Un demain lumineux dans un rire l' embrasse.
    Remettre la rondeur du globe bien en place...
    Voilà un joli programme... ;-) bizz

    RépondreSupprimer
  6. Renica,voilà que tu reviens redonner de la couleur à mon ciel,je suis vraiment émue de te retrouver avec la même amplitude d' âme et ta peinture qui ne cesse de tendre vers l' infini.Merciiiii...
    Bisettes,

    Isabelle.

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  8. Pétrifiée par l'illustration musicale qui achèverait tout espoir naissant, je me tourne maintenant vers les mots qui évoquent l'ambivalence avec justesse. La conclusion me rappelle une expression chère à mon esprit: mañana será otro día.

    RépondreSupprimer
  9. Heartman,je suis heureuse grâce à toi,tu as ramené les irremplaçables couleurs de Rénica sur mon blog et maintenant tu mets une musique qui transcende les peines sans les nier et qui peut chanter fièrement l' abolition de l' esclavage,ce blues fait voir la vie en rose!

    RépondreSupprimer
  10. Ma Zeta, il ne manquait plus que ta langue chantante qui redonne vie à ce proverbe, en effet,tout n' est pas parfait dans le seul monde comparable, mais cela peut s'améliorer!

    RépondreSupprimer
  11. Je decouvre...et je me laisse emporter par tes mots et par le morceau de Louise attaque.Je repasserai.

    RépondreSupprimer
  12. "Remettre la rondeur du globe bien en place." Je garde précieusement ce vers comme talisman pour la journée!

    RépondreSupprimer
  13. Magnifique la statue antique aux Ray Ban de De Chirico !
    ...Même s' il s' agit du Portrait de Guillaume Apollinaire !
    .." Remettre la rondeur du globe bien en place "... grâce à la paire de lunettes, bien sûr !
    B.J.
    (" Bonne journée " en langage Bourgeois Gentilhomme de Molière )

    RépondreSupprimer
  14. LPX, c' est un plaisir , je connais ta peinture depuis longtemps car nous avons une amie peintre en commun, très heureuse et honorée de t' accueillir sur mon humble site.

    RépondreSupprimer
  15. Mango, tes lectures et tes saines analyses font tourner plus rond l' horloge du monde! pas besoin de talisman!

    RépondreSupprimer
  16. Il faut bien des lunettes en trois dimensions pour explorer la Zone d'Apollinaire.Ce titre vous va comme un gant! (allusion à un autre tableau de Chirico que vous connaissez sûrement...)bravo pour vos BJ, bons jugements!

    RépondreSupprimer
  17. Chère Orfeenix,

    Avez vous perdu dans votre vie une personne si chère à votre coeur, votre corps, votre âme et votre sensibilité, que des images aussi fortes prennent vie au fil de votre plume ?

    Je m'excuse par avance par l'incongruité de cette question...

    Il y a pour moi du Dali dans ce poème...

    Poétiquement,

    Maxence.

    RépondreSupprimer
  18. Maxence,je serai incongrue à mon tour, vous êtes sans le savoir mon petit frère par le deuil , l' âge et les thèmes que vous choisissez ( j' avais fait aussi un texte sur Gérard de Nerval que je n' ai pas publié après le vôtre) en revanche , vous êtes un grand frère par la plume et l' inspiration, j' ai été stuéfaite en vous lisant car vous étiez une sorte d' aboutissement de mes ambitions.
    Encore une fois vous avez vu juste, Dali est mon maître du subconscient et le peintre de mes rêves entre la spiritualité doloriste ibérique et la passion de la démesure qui lui est forcément rattachée.
    Du fond du coeur, je vous offre mon amitié fraternelle et mon respect pour votre art, la perfection à laquelle j' aspire, en toute sincérité.

    Isabelle.

    RépondreSupprimer
  19. Il y a de la lumière en vous...Libérez vous...

    Poétiquement.

    Maxence.

    RépondreSupprimer
  20. Maxence , merci pour cette complicité artistique qui me rappelle celles d' un siècle où les plumes étaient des pennes réelles, vos conseils me sont infiniment précieux.

    Isabelle

    RépondreSupprimer
  21. Isabelle...Je vous demande de réfléchir à cette proposition...Ecrivons tous deux un quatre mains poétique...La règle est simple...Ainsi qu'au piano à quatre mains je vous invite à écrire un poème inédit (en alexandrins si vous le voulez bien)sur un thème et un sujet à notre convenance... Chacun d'entre nous écrirait un vers, respectant la prosodie élémentaire, laissant place au vers suivant (et non luisant) à l'inspiration de l'autre auteur....Nous pourrions in fine publier la version aboutie sur nos blogs respectifs...Qu'en dites-vous ? (sujet libe à votre convenance)

    Maxence.

    RépondreSupprimer
  22. Maxence, l' alexandrin est ma langue maternelle,donc j' aime votre choix des armes , et comme thème je propose la metempsychose pour ce pacifique duel dont l' idée me séduit!

    RépondreSupprimer
  23. Orfeenix, Maxence le dit si bien " il y a de la lumière en vous",
    une si profonde éprise de liberté...j'ai écouté,et lu tous vos vers qui ne demandent qu'à...tant il y a là de possible en tous genres, moderne et antique

    RépondreSupprimer
  24. Une petite dizaine de jours loin de mon clavier, et voilà la belle Orfeenix, toujours sur le qui-vive avec ses mots !
    D'habitude c'est le soir que je viens pour la poésie, mais là il fait si beau... Et c'est fenêtre ouverte que je viens déguster mon dessert...
    Mais comme aurait-dit ma grand-mère, où vas t-elle chercher tout ça !!!!!

    RépondreSupprimer
  25. Isabelle bonsoir,

    Je vous laisse libre choix de la forme du poème et vous propose de lancer le premier vers, si vous en êtes d'accord...Le reste viendra...

    Maxence

    RépondreSupprimer
  26. Brigitte, ily a quelque chose d' élégant et de dense dans tout ce que vous montrez, c' est vous dire le prix de cet avis pour moi.

    Isabelle.

    RépondreSupprimer
  27. Virginiiie! tu m' as manqué, je suis allée gratter à ta porte avec nostalgie pour voir si la réalité n' était pas redevenue rêve, déjà un mot de toi, c' est toujours ça de pris comme dirait ma grand mère! Je vais aller voir chez toi si la lumière est de retour!

    Bises, isabelle.

    RépondreSupprimer
  28. Monsieur le slave, à vous l' honneur de la première salve! Le poète reconnu l' emporte sur l' inconnue.

    RépondreSupprimer
  29. De Maxence
    Cela pourrait commencer ainsi...

    J'ai plus de souvenirs que si j'avais mille ans...

    RépondreSupprimer
  30. Maxence, prenons Baudelaire en en tête, c' est d' accord!

    L' écho d' une autre vie luit comme un luminaire

    RépondreSupprimer
  31. @ Orfeenix et Maxence : bonne idée !! j'attends la suite... ;-)

    RépondreSupprimer
  32. Renica, toi , tu vas être mise à contribution pour une illustration :-)!

    RépondreSupprimer
  33. Anonyme Gil, je ne t' ai pas identifié, ta suite à la maniére de Sand et Musset est amusante mais on ne va pas mêlanger les registres:-)

    RépondreSupprimer
  34. Pour faire suite :

    L' écho d' une autre vie luit comme un luminaire
    Ainsi que dans l’Ether migre l’orbe des âmes...

    Poétiquement,

    Maxence.

    RépondreSupprimer
  35. Ou plutôt

    Ainsi que dans l'Ether brille l'orbe de l'âme...

    RépondreSupprimer
  36. L' écho d' une autre vie luit comme un luminaire,
    Ainsi que dans l' éther brille l' orbe de l' âme,
    Dont le corps chante à terre un piètre épithalame

    Maxence à vous,j ' adore cette idée!
    S' il vous était possible de venir avec un profil ce serait bien, en plus d' un anonyme une personne s' est fait passer pour vous avec un vers si boîteux que de toute évidence , vous ne pouviez pas l' avoir commis!

    RépondreSupprimer
  37. Ok pour "l'illustration" je te laisse choisir...

    RépondreSupprimer
  38. Chère Isabelle,

    Vous êtes une Poétesse de plus en plus convoitée...Il faudra bien vous y faire...

    Je ferai mon possible afin de m'identifier plus nettement désormais...

    Je vous propose ceci pour la suite de notre poème....A vous...

    De la Terre aux Cieux s'élèvent les mystères...

    RépondreSupprimer
  39. Ou si vous le souhaitez

    Le Ciel est à la Terre un plus grand magistère...

    Poétiquement,

    Maxence...

    RépondreSupprimer
  40. Désormais j'apparaîtrais ainsi...

    RépondreSupprimer
  41. Maxence, je plébiscite le nouveau profil et la première version, car depuis " harmonie du soir " avec " le violon frémit comme un coeur qu' on afflige" je suis amoureuse de la diérèse.

    L' écho d' une autre vie luit comme un luminaire,
    Ainsi que dans l' éther brille l' orbe de l' âme,
    Dont le corps chante l' air d' un piètre épithalame
    De la Terre aux Cieux s'élèvent les mystères...

    Rappelle toi , tu fus jadis mon autre moi

    RépondreSupprimer
  42. Renica, quand il sera fini, tu seras libre du choix, on n' influence pas un peintre,on le regarde et on s' émeut!

    RépondreSupprimer
  43. L' écho d' une autre vie luit comme un luminaire,
    Ainsi que dans l' éther brille l' orbe de l' âme,
    Dont le corps chante l' air d' un piètre épithalame
    De la Terre aux Cieux s'élèvent les mystères...

    Rappelle toi, tu fus jadis mon autre moi
    Je contemple à nouveau naguère en tes yeux

    RépondreSupprimer
  44. L' écho d' une autre vie luit comme un luminaire,
    Ainsi que dans l' éther brille l' orbe de l' âme,
    Dont le corps chante l' air d' un piètre épithalame
    De la Terre aux Cieux s'élèvent les mystères...

    Rappelle-toi, jadis ,tu fus mon autre moi ,
    Je contemple à nouveau le naguère en tes yeux,
    Rassasiant mon désir d' apprendre en ces aïeux

    ( hé! pas facile la rime en zieux!:-)

    RépondreSupprimer
  45. Isabelle ... as always, powerful ... i feel as though there are five souls in one being you speak of in this one ... somber, yes ... but also superbly beautiful, and full of movement ... especially the final two stanzas, they are breathtaking!! ...

    noxy.

    RépondreSupprimer
  46. Noxalio, i'm as enthousiastic as you are when i read your inspiration, i take this inspiration, i' m your robber ! i wish i had the good english words to tell you all my thanks and the way you touch me!

    RépondreSupprimer
  47. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  48. Je ne demande qu' à l' apprendre, en tout bien, tout..bien! il n' y a pas désonnheur, que des zoneurs!

    RépondreSupprimer
  49. L' écho d' une autre vie luit comme un luminaire,
    Ainsi que dans l' éther brille l' orbe de l' âme,
    Dont le corps chante l' air d' un piètre épithalame
    De la Terre aux Cieux s'élèvent les mystères...

    Rappelle-toi, jadis ,tu fus mon autre moi ,
    Je contemple à nouveau le naguère en tes yeux,
    Rassasiant mon désir d' apprendre en ces aïeux
    ...Ce que je ne sais pas, de moi tu l'apprendras.

    Bienvenue à ce vers (qu'en dîtes vous Isabelle ?)

    RépondreSupprimer
  50. Honnêtement, je préfèrerais un vers venant de vous, c' était notre jeu, mon ami Earthwood s' amuse tout le temps et j' adore ça mais si notre poème commence à se teinter de mots à doubles sens je vais le lire en hurlant de rire et ce n' est pas le but! Ne vous laissez pas influencer par les charmants trublions de ce blog , la récréation est finie, les enfants , au travail:-)
    C' est vous le premier de la classe en poésie, je vous attends à la suite du nouveau billet si vous voulez bien...

    RépondreSupprimer

A vous, j' aime votre éclat de rire, vos émotions, vos critiques, pourvu que je vous entende: